« DUCC-A New Guidance To Assist Formulators To Communicate Safe Use Conditions Of Mixtures »

The Downstream Users of Chemicals Co-ordination Group (DUCC) is a platform of European associations which represent “downstream” industries ranging from cosmetics and detergents to aerosols, paints, inks, adhesives, imaging and printing chemicals, construction chemicals, fragrances and chemical distribution.

The group’s main objective is to contribute, with a common voice, to the successful implementation of the requirements of the REACH and CLP Regulations.

Since its creation, in 2001, DUCC has been recognised by the EU authorities and other stakeholders as the common voice for many users of chemicals. DUCC has been and will continue to be actively involved in the legislative process, contributing constructively to the implementation of both the REACH Regulation, (EC) No 1907/2006, and the CLP Regulation, (EC) No 1272/2008, and ensuring that downstream users’ needs, rights, duties and specificities are taken into account.

DUCC and its member associations are involved in the development of industry practical guidance, in all REACH and CLP topics that are considered relevant for the smooth implementaton of these Regulations. In many cases such documents are the outcome of projects (industry projects or projects in the context of CSR/ES Roadmap) or internal discussions (sometimes involving other industry partners).

Publication

ducc_contenu

This explanatory document was developed by bDUCC member associations
representing companies that use chemicals to formulate mixtures as finished products for end users, including professional and industrial users.

This explanatory document is issued by the DUCC Mixtures Task Force (participant DUCC members: A.I.S.E., CEPE, EFCC, FEA, Fecc and FEICA),which developed a communication format in the context of the following two actions of the CSR/ES Roadmap.

With this, DUCC is providing its members and formulators in general an important tool (a concept and a template) for compliance with the REACH obligations in communicating safe use conditions of mixtures, as per article 31 (7) of REACH. »


Source:

http://www.ducc.eu/News.aspx#news5

« Croppal, A New Database Of Valuable Protein Information For Economically Important Crop Plants »

« CropPAL, a new database of valuable protein information for economically important crop plants – Bringing valuable data to light for global crop research

A new database of valuable protein information for economically important crop plants will be a significant resource for crop improvement and global food security.

CropPAL is a new catalogue of location information about barley, wheat, rice and maize proteins which has arisen out of global research.

croppal2

Proteins represent the building blocks of all living cells. In order to improve crop plants to cope with rising temperatures, drought, flooding and salinity, protein function and location must be known.

A greater understanding of proteins in crop plants will enable more targeted breeding of crop species in the future.

As an open access research tool where protein location information is collated, cropPAL is a valuable asset to assist plant researchers, biotechnology companies and the crop breeding industry.

“A lot of research data is scattered, and remains under explored,” says Dr Cornelia Hooper, lead researcher on the project from the Australian Research Council Centre of Excellence in Plant Energy Biology at the University of Western Australia.

“Pulling all this data together into a single database makes for a very powerful research tool.”

The resource will accelerate solutions that address challenges such as drought, salinity and nitrogen starvation in major global crops. (…)

Lire la Suite…

croppal

 


Sources:

http://www.seedquest.com/news.php?type=news&id_article=72768&id_region=&id_category=&id_crop

http://crop-pal.org/

 

 

Une Brochure Pour Sensibiliser Les Collectivités A La Protection De La Qualité De L’air

« Le ministère de l’Ecologie a publié, courant janvier, une brochure de 11 pages sur le rôle des collectivités dans la lutte contre la pollution atmosphérique.

Objectif : impliquer les collectivités dans la réduction des émissions et la protection de la santé des populations.

qualite air

Elle présente les principaux polluants nocifs (oxyde d’azote (NOx), particules fines (PM10 et PM2,5) et ozone (O3)), les effets de la pollution atmosphérique sur la santé et l’environnement, les responsabilités de l’Etat et des maires pour faire respecter la réglementation, le rôle des associations de surveillance de la qualité de l’air pour surveiller l’air et informer le public ainsi que les plans de protection de l’atmosphère (PPA).

Le document est illustré d’exemples de bonnes pratiques en vallée de l’Arve (74), dans les Bouches-du-Rhône (13), dans le Doubs (25), à Rennes (35) mais aussi dans la communauté d’agglomérations Plaine commune (93).(..) »

Lire la Suite…


Sources:

http://www.actu-environnement.com/ae/news/brochure-qualite-air-agir-collectivites-26136.php4

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Lutte-pour-la-reduction-des.html

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Agir-pour-la-qualite-de-l-air-le.html?onglet=themes

« Loi Biodiversité : Interdiction Des Cotons-Tiges En Plastique Et Des Magnets Publicitaires »

« Les sénateurs ont adopté le 27 janvier 2016 un amendement au projet de loi sur la biodiversité qui interdit à partir du 1er janvier 2018 la mise à disposition à titre gratuit ou onéreux de bâtonnets ouatés, dont la tige n’est pas composée de papier biodégradable et compostable.

7663024386_le-coton-tige-en-plastique-c-est-une-plaie-pour-la-nature

La sénatrice CRC Evelyne Didier, auteur de l’amendement, a rappelé que les bâtonnets sont souvent jetés dans les toilettes et se retrouvent dans le circuit des eaux usées, et parfois dans les milieux naturels en cas de saturation des réseaux. Même dans le circuit de collecte des déchets ménagers, une récupération en vue du tri est difficile en raison de leur dimension.

Cette mesure a pour objectif de participer à la réduction de la pollution des milieux naturels par les résidus plastiques en favorisant l’écoconception, ajoute la sénatrice. L’Italie et les États-Unis se sont eux aussi engagés dans cette voie. (…) »

Lire la Suite…


Source :

http://www.actu-environnement.com/ae/news/loi-biodiversite-cotons-tiges-plastique-magnets-publicitaires-26122.php4#xtor=AL-33

 

Breveter Le Vivant : Faut-Il L’autoriser ?

« Le Sénat a dit « non ». Au cours de l’examen de la loi sur la biodiversité, il a étendu l’interdiction de brevetage des fruits et légumes et de leurs composants génétiques issus de procédés biologiques.
Breveter des plantes, des fruits, des légumes... Faut-il le permettre ? © Olivier Lascar

Croisement

Depuis les débuts de l’agriculture, l’homme sélectionne les plantes les plus productives et les plus résistances en les faisant se croiser.

Les techniques se sont affinées tout au long du 20e siècle avec les progrès réalisés sur la connaissance de la génétique, notamment à partir des lois de Mandel. La découverte de l’ADN en 1953 puis le séquençage des génomes de plantes et d’animaux ont permis de mieux cibler les marqueurs génétiques porteurs de gènes d’intérêt (résistance à la sécheresse et à des pathogènes, productivité). L’hybridation devient plus précise. Il est en effet désormais possible d’introduire avec précision dans une plante cultivée un caractère présent dans une variété rustique.

Cette technique n’est pas aujourd’hui considérée comme une modification génétique, puisqu’il n’y a pas introduction d’un gène étranger à la plante par transgenèse. (…)

Lire la Suite…

BREVET VIVANT


Source:

http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/plantes-et-vegetaux/20160127.OBS3487/breveter-le-vivant-le-senat-pas-d-accord.html

« Face Aux Pseudosciences Et Au Paranormal-Les Journalistes Scientifiques, Une Nécessité »

« Dans une société où la science et la technologie ne cessent de progresser, l’importance du journalisme scientifique dans les médias de masse ne fait aucun doute pour au moins deux raisons :

  • premièrement, il contribue à réduire l’analphabétisme scientifique et, du coup, il initie la population à la culture scientifique;
  • deuxièmement, il fait contrepoids à l’envahissement des pseudosciences et à la vogue des approches paranormales.

Les journalistes scientifiques, une nécessité

Ce texte, qui comprend trois parties, n’aborde que le deuxième aspect.

Dans la première partie, je présente un aperçu des relations entre les chercheurs et les journalistes scientifiques pour bien montrer l’importance de ces derniers. Les deux autres parties sont consacrées à un défi de taille auquel les journalistes scientifiques sont régulièrement confrontés : l’omniprésence des pseudosciences dans les médias et les stratégies de communication médiatique utilisées à souhait par les pseudoscientifiques.

Les relations entre les journalistes scientifiques et les chercheurs

Dans le monde des médias de masse, les journalistes scientifiques n’ont visiblement guère la cote. En effet, au début des années 1990, sur les quelque 122 000 journalistes aux États-Unis, à peine 600 à 800 exerçaient leur métier à titre de journaliste scientifique. Parmi ceux-là, peu bénéficiaient d’une formation en sciences (Klaidman, 1991; Palen, 1994).

Toujours aux États-Unis, à peine 3 % des étudiants diplômés en communication se spécialisent en mathématiques, en physique ou en biologie. Ils apprennent donc généralement leur métier de journaliste scientifique en l’exerçant sur le tas (Hartz et Chappell, 1997; Weaver et Wilhoit, 1996).

Par ailleurs, selon Karmarck et Garbriele (2015), comparativement aux 43 000 journalistes professionnels actifs en 1978, il n’en resterait aujourd’hui que 32 900. Sur la base des données de 1990, il y a tout lieu de penser que le nombre de journalistes scientifiques serait actuellement anémique. (…) »

Lire la Suite…

 s-thuillier1


Source:

http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/2016/01/26/journalistes-scientifiques-necessite