Veille « Toute La Beauté au bout des doigts » N° 2-6

Les Numéros 2 à 6 de Janvier à Mi-Février 2017 du Bulletin de Veille « Toute La Beauté au bout des doigts«  sont en ligne.

Veille Scientifique & réglementaire : la cosmétique, ses ingrédients et sphères d’influence…

N° 2 : 09-15.01.2017

N° 3 : 16-22.01.2017

N° 4 : 23-29.01.2017

N° 5 : 30.01-05.02.2017

N° 6 : 06-12.02.2017

gaelle queignec cosmetiques

Bonne lecture…

Publicités

« Review Of The Landscape Conservation Cooperatives »-National Academy of Sciences

« Because fish, wildlife, habitats, and cultural resources extend beyond political boundaries, there is a national need to develop resource management strategies across jurisdictions and sectors, says a new congressionally mandated report from the National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine.

The Landscape Conservation Cooperatives (LCCs), initiated by the U.S. Department of the Interior in 2009 and coordinated by the department’s Fish and Wildlife Service (FWS), were created to address this national need and can point to many early accomplishments. Ultimately, the long-term success of this effort will depend on developing ways to measure and demonstrate benefits to its conservation partners and the nation.

At the request of Congress, FWS asked the Academies to convene a committee to evaluate the LCCs, a network of 22 regional conservation partnerships in the United States, including the Pacific and Caribbean islands, as well as parts of Canada and Mexico. Each LCC is tasked with creating a collaborative framework to develop shared conservation priorities and identify applied research needs across federal agencies, state agencies, tribes, private landholders, and other stakeholders working on conservation efforts within its region.

Individual LCCs have generated some early accomplishments, such as identifying partners, establishing governance structures and steering committees, and developing shared conservation and research priorities for use by all partners, says the report. It is too soon to expect the network as a whole to have made measurable improvements to managing fish, bird, and other wildlife populations and their habitats. In addition, the LCC network needs to improve its evaluation process to better capture the contributions made by all partners toward common objectives and to better measure and demonstrate benefits to its partners.

The report finds that LCCs are unique in that they are designed to address landscape needs at a national level for all natural and cultural resources as well as to bridge conservation research and management. Similar federal programs are more narrowly focused and the LCCs generally seek to coordinate with other programs where their interests overlap. Moving forward, the LCC network needs to strengthen coordination with other programs that have a strong interest in landscape approaches to conservation to avoid duplicative efforts and limit demands on state agency and other partners that participate in multiple programs. »(…)

Lire la suite…

21829-0309379857-450


Sources:
http://www.sciencedaily.com/releases/2015/12/151203135852.htm
http://www8.nationalacademies.org/onpinews/newsitem.aspx?RecordID=21829
http://www.nap.edu/catalog/21829/a-review-of-the-landscape-conservation-cooperatives

Livre Blanc « Chimie Durable et Intensification des Procédés »-Techniques de l’Ingénieur

« Le génie des procédés moderne « vert » concerne l’ensemble des sciences et technologies qui permettent les transformations physico-(bio) chimiques optimales des matières premières et des énergies en produits utiles aux consommateurs.

Cependant, il se doit de répondre aux besoins des industries chimiques et annexes :
compétitivité, satisfaction de la demande économique changeante et respect des contraintes sociales et environnementales des procédés industriels.

Tous ces aspects requièrent une approche multi-échelle fortement mobilisée sur l’intensification des procédés et sur le génie du couple produits verts/procédés verts, l’objectif étant de produire beaucoup plus et mieux, en consommant beaucoup moins, et de façon plus durable. »

livre blanc

livresommaire


Source:
http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/livre-blanc/chimie-durable-et-intensification-des-procedes-29916/

Qualité & Environnement- Actualités

Qualité& Environnement- Actualités : Qualité de l’air : les députés européens approuvent de nouveaux plafonds nationaux sur les polluants; deux livres à découvrir, Au coeur de l’ISO 9001:2015 et Management stratégique et management de la qualité-AFNOR


« Qualité de L’air : Les Députés Européens Approuvent de Nouveaux Plafonds Nationaux sur Les Polluants »- Veille Info Plus

NOx uitstoot« Les propositions de la Commission européenne pour des plafonds nationaux plus ambitieux concernant les émissions de six polluants clés, y compris le NOx, les particules et le dioxyde de soufre, ont été approuvées par le Parlement mercredi. La pollution atmosphérique est responsable d’environ 400 000 décès prématurés dans l’UE chaque année, et les propositions pourraient faire économiser jusqu’à 40 milliards d’euros parmi les coûts de pollution aérienne d’ici 2030. (…) »
Sources :
http://www.veille-infosplus.fr/filagenda/51955/qualite-de-lair-les-deputes-europeens-approuvent-de-nouveaux-plafonds-nationaux-sur-les-polluants-communique/
Compléments :
« Qualité De L’air: Les Députés Approuvent De Nouveaux Plafonds Nationaux Sur Les Polluants »- Parlement Européen
Source : http://is.gd/hicRVg
Communiqué de Presse : http://is.gd/BpQLRb

Livres

« Deux livres à découvrir : « Au coeur de l’ISO 9001:2015 » et « Management stratégique et management de la qualité » «-AFNOR

au-coeur-iso-9001management-strategique

« Les éditions AFNOR publient deux livres pour accompagner la parution de la norme ISO 9001 version 2015. Le premier propose une analyse de toutes les évolutions à intégrer par les utilisateurs ; le second se penche plus précisément sur le lien entre management de la qualité et management stratégique. (…) »
Source :
http://is.gd/3KZFXq

Analyse des Lipides – Extraction. Paramètres physico-chimiques. Constituants Majeurs

Techniques d’analyse- Analyse des macromolécules biologiques
Maîtriser les connaissances de base en méthodes d’analyse appliquées à la biologie

livre0

Resume

« Cet article passe en revue les diverses techniques d’extraction pratiquées sur les lipides alimentaires ainsi que la détermination de leurs paramètres physico-chimiques. Il aborde l’analyse des composés majeurs (acides gras, triglycérides, phospholipides). Il cite de la façon la plus exhaustive possible les normes ou méthodes en vigueur qui peuvent être appliquées pour les analyser et les caractériser.

Introduction

Les lipides, utilisés comme corps gras alimentaires ou industriels, sont constitués d’un ensemble hétérogène de familles chimiques comportant des triglycérides (triacylglycérols), des diglycérides, des monoglycérides, des phospholipides, des acides gras libres, des stérols, des esters de stérols, des alcools, des pigments (caroténoïdes, chlorophylles), des tocophérols, des hydrocarbures…

Les lipides biologiques comportent des triglycérides, des acides gras et des phospholipides mais aussi des lipides complexes tels que les phosphoglycérides, les sphingolipides, les glycolipides et les polycétides.

Les corps gras sont appelés « Huile » lorsqu’ils sont liquides à la température ambiante et « Graisse », suivie de l’indication animale ou végétale selon l’origine de l’extraction, lorsqu’ils sont solides (concrets) à la température de 15 oC (cf. réglementation en vigueur). Cet état physique différent provient de leur composition en acides gras. Les huiles sont plus riches en acides gras insaturés que les graisses.

Les lipides sont une famille de composés essentiels à la vie au même titre que les glucides et les protides. Ils ont un rôle essentiel comme :

  • constituants de la membrane cellulaire ;
  • éléments nutritionnels ;
  • réserve d’énergie ;
  • isolant thermique…

1 g de corps gras fournit 9 kcal ou 37,6 kJ.

Les termes de corps gras ou de matières grasses sont plutôt réservés aux triglycérides et désignent les huiles et graisses présentes dans les produits alimentaires.
En fait, les corps gras sont un mélange complexe de lipides qui se classent en deux grands domaines :

  • les composés saponifiables (90 à 98 %) réagissant avec un réactif alcalin (NaOH, KOH…) ;
  • les composés insaponifiables (2 à 10 %) ne réagissant pas avec un réactif alcalin.

Cet article concerne principalement la fraction saponifiable. Il traite de l’extraction et du dosage des lipides issus :

  • des matrices végétales ou animales ;
  • des produits transformés de l’industrie agroalimentaire ;
  • des produits cosmétiques ou industriels.

Il décrit les paramètres physico-chimiques caractérisant les matières grasses et leurs dosages. Il donne les méthodes de détermination des composés majeurs. Dans une majorité de cas, les normes associées aux déterminations analytiques sont citées.

La fraction insaponifiable fait l’objet de l’article [P 3 327].

Un glossaire et un tableau de sigles sont donnés en fin d’article.
Comme il est d’usage dans la profession, les pourcentages indiqués, sont, sauf précision contraire, massiques. »

livre


Source:
Véronique OLLIVIER, Denis OLLIVIER, Jacques ARTAUD
Article de référence, Ref. P3327; Date de publication :10 sept. 2015
http://www.techniques-ingenieur.fr/base-documentaire/mesures-analyses-th1/analyse-des-macromolecules-biologiques-42380210/analyse-des-lipides-p3325/

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Gastronomie Moléculaire – Travaux de Recherche

« La gastronomie moléculaire est la discipline scientifique qui explore les phénomènes qui surviennent lors des transformations culinaires. Elle se focalise sur un champ de phénomènes peu étudié la « cuisine ». En effet, les sciences et les technologies des aliments n’ont jusque-là considéré que la chimie, la physique ou la biologie des ingrédients culinaires, d’une part, ou les procédés industriels de transformation, d’autre part.

Cet article présente, dans un premier temps, la genèse de cette discipline scientifique qui s’applique aux trois composantes essentielles de l’activité culinaire (technique, artistique, sociale), avant de développer les concepts qui y sont associés tel que le Disperse System Formalism.

herve-this-cuisine-moleculaire_312

Introduction

La gastronomie moléculaire est la discipline scientifique qui explore les phénomènes qui surviennent lors de la préparation et de la consommation des aliments.

Créée formellement en 1988, elle se développe dans de nombreuses universités du monde, ainsi que ses applications avec lesquelles elle ne se confond pas (les applications éducatives de la gastronomie moléculaire, ainsi que les applications techniques que sont la cuisine moléculaire et la cuisine note à note, font l’objet d’un autre article. Son objet est la découverte de mécanismes physiques et chimiques inédits, par l’exploration de phénomènes qui avaient été négligés parce qu’ils apparaissaient dans le cadre prosaïque de la « cuisine ».

Nous commencerons par examiner deux informations importantes : la nécessité historique de l’introduction de la gastronomie moléculaire parmi les sciences et les technologies des aliments, et la notion d’aliment, que nous proposons de distinguer de la notion d’ingrédient alimentaire.

Ces deux informations vont de pair, et elles ont une importance à la fois conceptuelle et pratique, qui détermine les travaux de la discipline.

Puis nous examinerons quelques résultats, en axant plusieurs d’entre eux autour du formalisme des systèmes dispersés (DSF), une algèbre analogue au formalisme de la chimie, mais qui s’applique à toutes les activités de formulation, en vue de la description des systèmes, avec l’intérêt supplémentaire de prévoir des systèmes encore non réalisés (innovation technique, méthodologie technologique, notamment en vue d’activités de formulation). Nous présenterons également une théorie générale de la bioactivité, et nous montrerons comment l’examen des techniques culinaires a conduit à la découverte de gels de genres nouveaux et aux bioactivités particulières. »

1 2Étude du gonflement d’un soufflé (effectuée entre 1980 et 1992)


Source:
Article d’Hervé This, Physico-chimiste INRA, directeur du Centre international de gastronomie moléculaire AgroParisTech-INRA, Groupe de gastronomie moléculaire, Équipe IAQA, UMR 1145 GENIAL, INRA/AgroParisTech, Paris, France
http://www.techniques-ingenieur.fr/base-documentaire/procedes-chimie-bio-agro-th2/biochimie-alimentaire-analyses-et-alimentation-humaine-42470210/gastronomie-moleculaire-f1015/

Livre: « Biochimie alimentaire, analyses et alimentation humaine- Les notions de base pour mieux appréhender les besoins et attentes des consommateurs »- Edition Techniques de L’ingénieur,Ref 42470210, pp 29-34

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author


Livre- « La Fabrique des Parfums, Naissance d’une Industrie de Luxe »

fabrique des parfums« Au Siècle des Lumières, vers 1750, les hommes cherchent de nouvelles odeurs et senteurs, plus fines, plus légères qu’auparavant ; on découvre de nouvelles plantes et les manuels du bien vivre regorgent de conseils sur le choix des fleurs. Le commerce de la parfumerie naissait, comme nous l’explique Eugénie Briot dans « La Fabrique des parfums – Naissance d’une industrie de luxe ».

Les mythes et légendes

Dans les temps anciens, l’homme associait très souvent « parfum et poison ». On disait bien que « Cléopâtre respirait le parfum des fleurs et se donna la mort ! » et souvenons-nous des gants parfumés et imbibés de poison à la Renaissance…

Au XVII ème siècle, on s’aspergeait d’eaux et parfums divers pour masquer et combattre les mauvaises odeurs, vecteurs de maladie. Le parfum et les produits associés comme les sels, l’ammoniaque, les vinaigres, sont devenus peu à peu des objets d’utilité et de santé publique. La fleur n’est plus un danger, bien au contraire.

En période de Restauration, il est de bon ton de se promener un bouquet à la main. Les marchés aux fleurs apparaissent, les salons se parent de fleurs et plantes, jusqu’à la fin du XIX ème siècle où l’achat de fleurs n’est plus réservé à l’aristocratie ni à la bourgeoisie : la ménagère décore son intérieur de fleurs.

Les dictionnaires floraux apparaissent, une signification précise est attribuée à chaque fleur, le langage des fleurs est né. Le «manuel des dames ou l’art de l’élégance» est bien utile pour le choix des plantes et la composition des bouquets.

De la production de fleurs à la vente du parfum

L’élégance parisienne lutte pour le raffinement et cela commence par l’utilisation des articles de parfumerie : extraits d’odeurs, vinaigre de toilette, pommades, poudre de riz, sachets dans les armoires.

Entre 1810 et 1912, c’est vraiment le boum de la production et de la vente de ces produits. Mais établir un chiffre d’affaires est quasi impossible, le marché de la parfumerie englobant les parfums, les cosmétiques, les savons et parfois les gants, les brosses et autres articles. On peut quand même dire que la vente est passée de 2 millions de francs en 1810 à 80 millions de francs en 1900 ! Les exportations augmentent de 400% entre 1837 et 1912 : la suprématie française de la Parfumerie est reconnue dans le monde entier !

La Chambre syndicale de la parfumerie française est fondée en 1890, comportant 70 adhérents pour s’organiser dans une meilleure production et un meilleur réseau de vente ainsi que pour lutter contre les taxes et les contrefaçons.

Les temps changent, la chimie est nécessaire car à côté des « vraies fleurs », on s’oriente vers des odeurs aux origines synthétiques marquant ainsi la naissance de la parfumerie moderne.

Les évolutions importantes

Dans la seconde moitié du XIX è siècle, il y a peu d’évolution au niveau du parfum lui-même, car les fleurs existent déjà et aucune nouvelle n’apparait.

Les procédés de distillation changent avec la machine à vapeur et de nouveaux outils.

Les recherches portent aussi sur les produits artificiels comme les huiles essentielles et les essences artificielles, pour faire face aux ventes sans cesse croissantes de certains parfums et notamment la fleur de violette qui vient à manquer. On rajoute un stabilisant afin que l’odeur perdure et on diminue la quantité de corps gras dans la composition des produits.

La production et la vente de savons parfumés augmentent ; il en est de même pour les eaux de toilette (eau de Cologne) ; vers 1880 apparait le « schampooing » ainsi que les sachets parfumés à mettre dans les armoires mais aussi dans les ourlets des jupons…
La vente moderne fait son apparition lorsque les produits de parfumerie sont vendus dans les Grands Magasins avec présentoirs, emballages et flacons différents de ceux réservés aux parfumeries traditionnelles.

Les manuels du savoir-vivre sont édités en grand nombre avec tous les conseils nécessaires pour réaliser de bons achats, pour bien choisir les essences et pour bien les utiliser. Les prospectus et les catalogues sont distribués pour attirer la clientèle vers les grands magasins, alors que les parfumeries traditionnelles font plutôt paraitre des annonces dans les journaux ; la carte parfumée est distribuée à la fin du XIX è siècle ; l’échantillon naitra au début du XX è siècle et le véritable essor aura lieu dans les années 1920 avec la réalisation d’une réplique miniature du flacon original ; les parfumeries traditionnelles transforment leurs devantures et leurs intérieurs afin d’offrir plus de confort pour rivaliser avec les grands magasins. Cependant les grandes manifestations comme les Expositions Universelles sont presque incontournables pour la promotion des produits de parfumerie.

Paris est devenue la capitale de la parfumerie française, mais ne serait rien sans Grasse pour la production des plantes à parfum, ni Marseille pour sa production de savon.

L’ouvrage est intéressant, le lecteur y apprend beaucoup de choses mais presque tous les paragraphes sont ponctués de passage de livres ; cela ressemble plus à une thèse avec la multitude de détails scientifiques. On pourrait dire qu’il est plus destiné aux spécialistes de la parfumerie, qu’à des lecteurs « courants »…

Références:

La Fabrique des Parfums : Naissance d’une Industrie de Luxe

  • Auteur: Eugénie Briot
  • Broché: 410 pages
  • Editeur : Editions Vendémiaire (20 août 2015)
  • Collection : Chroniques
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2363581717
  • ISBN-13: 978-2363581716

Source:
http://www.histoire-pour-tous.fr/livres/182-beaux-livres/5205-la-fabrique-des-parfums-naissance-dune-industrie-de-luxe.html

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author