Actualités Phytothérapie

Thèmes : Herboriste et l’exception française; Cas d’exercice illégal de la Pharmacie; Burkina- Faso- Formation sur la Médecine et Pharmacopée traditionnelles

“Le Métier D’Herboriste : L’Exception Française”
5372141_istock-000014763204-small“A l’heure d’un grand retour aux recettes de grand-mère, les plantes médicinales gagnent en légitimité tandis que la profession d’herboriste peine encore à être officiellement (re)connue.
Si se soigner par les plantes est une tendance actuellement en plein essor, le métier d’herboriste est quant à lui officiellement reconnu depuis le XIVe siècle.
En 1927, la création de l’Ecole nationale d’herboristerie consacra ce savoir particulier qui nécessite une culture générale de la botanique bien au-delà de la vente et du conseil : l’herboriste maitrise la production, la cueillette, le séchage, les interactions, bienfaits et méfaits de centaines de plantes. En 1941, sous le Régime de Vichy, le diplôme d’herboriste fut supprimé au profit des officines, et jamais rétabli depuis. On recense aujourd’hui une quinzaine d’herboristeries en France à côté des 23 000 pharmacies.

Un engouement croissant pour les plantes médicinales
Dans le contexte général d’un retour à une certaine naturalité, les recettes de grand-mère ont le vent en poupe : tisanes, crèmes, huiles…les nouvelles générations notamment, redécouvrent les vertus des plantes médicinales. Face à une multiplication des scandales sanitaires les plantes, remède simple et en outre contrôlé par les autorités sanitaires, apparaissent comme une alternative aux antipodes des médicaments de synthèse.(…)
Source:
http://www.leparisien.fr/environnement/entreprises/le-metier-d-herboriste-l-exception-francaise-17-12-2015-5372141.php

“Prison Pour « Exercice Illégal De La Pharmacie »
7507263

“Un an de prison ferme et 50 000 euros d’amende ont été requis le 13 décembre pour « exercice illégal de la pharmacie » à l’encontre de Jean-Pierre Raveneau, un herboriste qui affirmait pouvoir combattre 80 % des maladies dont le sida avec des plantes. La procureure a réclamé également la fermeture de deux herboristeries visées par la procédure, trois mois avec sursis et 5 000 euros d’amende contre leur propriétaire et 100 000 euros d’amende contre leur société « Pharma Concept ». Une peine de six mois avec sursis et 2 000 euros d’amende a, par ailleurs, été requise contre un revendeur. Les avocats des prévenus ont plaidé la relaxe de leur client. Le jugement a été mis en délibéré au 17 février.

Jean-Pierre Raveneau affirmait pouvoir combattre 80 % des maladies par les plantes. L’un de ses produits, le Viralgic, interdit à la vente en France par une décision de justice en 2011, prétendait même « agir directement sur le virus » du sida « en renforçant les défenses immunitaires pour aider à le combattre ». Problème, depuis 1941, la loi réserve aux seuls pharmaciens de l’ordre et à leurs officines le quasi-monopole de l’exploitation des plantes médicinales à l’exception de 150 d’entre elles, jugées non toxiques.

Et Jean-Pierre Raveneau, bien que docteur en pharmacie, n’était volontairement pas inscrit à l’ordre et n’exerçait pas dans une officine. Il avait déjà été condamné en septembre 2011 pour exercice illégal de la pharmacie pour la vente du Viralgic. Il est aujourd’hui considéré par l’accusation en état de récidive légale. (…)”
Sources:
http://www.seronet.info/breve/un-ferme-requis-contre-un-herboriste-pour-exercice-illegal-de-la-pharmacie-73860
http://www.leparisien.fr/faits-divers/un-an-ferme-requis-contre-un-herboriste-qui-pretendait-combattre-le-sida-14-12-2015-5371897.php
http://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/un-herboriste-pretendait-pouvoir-combattre-le-sida-avec-des-plantes_1223785.html
http://www.ouest-france.fr/societe/justice/un-ferme-requis-contre-lherboriste-qui-pretendait-guerir-le-sida-3917767

“Burkina- Faso : L’IRSS Ouvre Une Formation Sur La Médecine Traditionnelle Et Pharmacopée Africaines”
arton68624

“Sur initiative de l’Institut de recherche en sciences de la santé (IRSS), il se tient du 14 au 17 décembre 2015 à Ouagadougou, la première édition du « Cours régional d’ethnopharmacologie ». Cette formation, qui réunit 25 participants venus du Bénin, du Burkina, de la Côte d’Ivoire, du Niger et du Togo, est placée sous le thème : « De la plante aux phytomédicaments : approche méthodologique ».

La cérémonie d’ouverture intervenue dans la matinée de lundi, 14 décembre 2015 a été présidée par le délégué général du Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST).
L’initiative a pour « objectifs pédagogiques » d’utiliser les méthodes adéquates d’étude de terrain pour recenser les savoirs et savoir-faire traditionnels en matière de santé, mettre en pratique les méthodes d’étude de laboratoire pour l’évaluation scientifique de l’intérêt thérapeutique des plantes médicinales utilisées dans la médecine traditionnelle africaine.

Cette formation vise également à élaborer des protocoles d’évaluation clinique des médicaments à base de plantes et de concevoir un plan de conservation de la biodiversité.(…)”
Source:
http://lefaso.net/spip.php?article68624

Publicités