Tendances Salon- « La Quinte Essence »

Article de Stéphane Frachet, Cosmetique Mag, N° 165, Octobre 2015, pp 56-57
cosmeticvalley1 cosmeticvalley2

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Publicités

Beauty and Grooming Among the Culprits As P&G Post Big Sales Drop

« Procter & Gamble saw all of its categories post a double-digit drop in sales for the first quarter fiscal year 2016 due to weak demand and a strong dollar; and Beauty and Grooming were the biggest offenders.

Beauty-and-Grooming-among-the-culprits-as-P-G-post-big-sales-drop_strict_xxl

Net sales for the quarter were $16.5 billion, a decrease of 12 % versus the prior year due primarily to significant foreign exchange impacts. Organic sales, excluding the impact of currency, divestitures and acquisitions, decreased 1 %.

The Ohio-based company, which gets almost two thirds of its revenue from markets outside North America, was also hurt by a nearly 13 % rise in the dollar against a host of major currencies in the past year.

With all categories seeing a dip, Grooming came off worst with a 14 % drop in net sales, with the Beauty segment, which was the subject of a huge divestment earlier in the year , the second worst with a 12 % decrease.

“Top-line results were soft, as expected, given significant foreign exchange impacts, our deliberate choices to exit unprofitable businesses and the early stage of the improvement plans we’re implementing in our largest categories and markets,” says Chairman, President, and Chief Executive Officer A.G. Lafley.

“We continue to make strong progress on productivity savings, which will fuel smart investments in top-line growth.”

Underperformers

The business unit to see the biggest drop was Grooming, which includes the Gillette and Braun brands.

Weaker demand in Blades & Razors due to competitive activity and previous fiscal year price increases were the main factors here, along with negative geographic and product mix, although higher pricing on Blades and Razors, growth on Braun from innovation, and increased trade support, helped to minimize this impact.

As mentioned above, the Beauty segment lost several categories and brand back in July in the Coty deal, and P&G clarified that its guidance for fiscal year 2016 Core EPS is relative to fiscal 2015 results, revised for the impacts of moving earnings from the Beauty categories it plans to exit to discontinued operations.

Once again volume was the main issue in Beauty this quarter, with decreases in Skin and Personal Care due to competitive activity and portfolio SKU reductions. These were partially offset by growth from marketing and innovation on the super-premium SK-II brand.

Hair Care, a category heavily affected by the brand divestment, saw volume also decline due to competitive activity and price increases in the previous fiscal year.

Looking ahead, Lafley focuses on organic sales saying he expects this growth to be positive and “to further strengthen in the back half as we invest to build awareness and trial of our consumer-preferred products and brands.”


Sources:
Article of  Andrew McDougall
http://www.cosmeticsdesign-europe.com/Business-Financial/Beauty-and-Grooming-among-the-culprits-as-P-G-post-big-sales-drop

http://www.cosmeticsdesign-europe.com/Business-Financial/Splitting-up-P-G-would-not-be-commercially-beneficial/

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author.

Campaign For Safe Cosmetics Links Anti-Aging Items To Toxic Contaminants

ong« In a new report, « Anti-Aging Secrets Exposed, » the Campaign for Safe Cosmetics says laboratory analysis of cosmetic products detecting trace levels of perfluorooctanoic acid (PFOA) is evidence that « no one is minding the store » when it comes to the safety of personal-care products.

The NGO urges consumers to press Congress to enact legislation that would provide FDA with added regulatory authority over cosmetics. »

rapport


Sources:
Article by Lauren Nardella
https://www.pharmamedtechbi.com/publications/the-rose-sheet/36/43/campaign-for-safe-cosmetics-links-antiaging-items-to-toxic-contaminants?elsca1=rose&elsca2=newsltr
https://secure3.convio.net/bcf/site/Advocacy?cmd=display&page=UserAction&id=327
http://www.safecosmetics.org/wp-content/uploads/2015/10/Anti-aging-secrets-exposed-report.pdf
http://www.ddmagazine.com/201510182990/des-produits-cancerogenes-dans-certaines-cremes-anti-age.html
http://www.foreffectivegov.org/node/13564

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Overview Report of RAPEX Notifications- Week 43

Report N° 42 (Published on 23.10.2015)

No cases about Cosmetics; two cases for Toys about Phthalate DEHP

di-(2-ethylhexyl) phthalate (DEHP) may harm the health of children, causing possible damage to the reproductive system. According to the REACH Regulation the phthalates DEHP, DBP and BBP are prohibited in all toys and childcare articles.

Reference : A12/1277/15
Product: Plastic doll SEA-MAID
Three Sea Maid type plastic dolls packaged in a plastic moulded front attached to rear cardboard.
Type/number of model: Item n° 363; Batch number/Barcode: ZER538-2
OECD Portal Category: 86000000 – Toys / Games
Chemical risk : The dolls’ heads contain DEHP (measured value 35.7 % by weight).
Compulsory measures: Destruction of the product

2015-w42_18864-1f 2015-w42_18864-2f

Reference : A12/1287/15
Product: Plastic toys (Baby Bed)
Toy doll with a pink cot supplied in a transparent plastic packaging with cardboard label.
Batch number/Barcode: 6991209922214; OECD Portal Category: 86000000 – Toys / Games
Chemical risk : The toy contains DEHP (measured value 21.7 % by weight).
Compulsory measures: Ban on the marketing of the product and any accompanying measures

2015-w42_18867-1f 2015-w42_18867-3f2015-w42_18867-2f


Source:
http://ec.europa.eu/consumers/safety/rapex/alerts/main/index.cfm?event=main.weeklyOverview&web_report_id=1601&selectedTabIdx=1

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Les Manuscrits de Proust Révèlent que Sa Madeleine Aurait Pu Etre une Biscotte

« A quelques grammes de beurre et de farine près, « la biscotte de Proust » aurait pu faire partie de nos expressions populaires.

Comme il est déroutant de découvrir sur le tard les secrets de fabrication d’une oeuvre que l’on croyait bien connaître ! Et de surcroît si l’on apprend que l’un des ingrédients entrant dans sa composition aurait pu être tout autre.

C’est un peu le sentiment qu’inspire la publication, jeudi 22 octobre, des trois premières versions manuscrites la première version de La Recherche du temps perdu de Marcel Proust. Au détour de ces brouillons de 268 pages, remplis de ratures et de notes de l’écrivain, on y découvre en effet que la fameuse madeleine, dont la saveur fut si chère à la mémoire de Proust et qui deviendra ensuite une expression populaire, aurait tout aussi bien pu être du pain grillé ou une biscotte.

Marcel Proust se questionnera même après avoir terminé son livre, notamment sur le titre qu’il lui donnera : La Recherche aurait pu s’appeler Les Intermittences du coeur.

Les hésitations de Proust

En lieu et place de la célèbre madeleine, c’est le souvenir du goût du pain grillé recouvert de miel qui émeut l’écrivain dans la première version de La Recherche, rédigée en 1907, avant que celui-ci soit remplacé par une biscotte dans une deuxième version. Ce n’est que dans la troisième version de l’ouvrage que Proust se rappellera du goût de la madeleine offerte par sa tante.

Généalogie littéraire

Publiées par les éditions des Saint-Pères, ces trois versions seront disponibles dès le jeudi 22 octobre dans un coffret de trois carnets Moleskine. « Cet épisode est le moteur secret de La recherche du temps perdu, a expliqué l’éditeur à l’AFP. Ces trois cahiers inédits permettent ainsi de retracer la généalogie littéraire du moment le plus emblématique de l’univers proustien ».


Source:
Article de
http://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2015/10/20/manuscrits-proust-madeleine-biscotte

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Donner de la Valeur Ajoutée à Sa Veille Médias

Pour la troisième édition du focus de la rédaction organisé par le magazine Archimag, la veille et le panorama de presse étaient à l’honneur.

Le 8 octobre, le troisième focus de la rédaction organisé par le magazine Archimag s’est intéressé à la veille médias et plus particulièrement à la réalisation d’un panorama de presse. Etaient invités à intervenir lors de cette table ronde trois professionnels de l’information : l’expert en veille, Jérôme Bondu ; Ludovic Vaz, représentant la solution de veille Europresse.com ; et Laurence Longet, responsable de la Documentation (Direction de la Communication Groupe) du groupe MGEN et utilisatrice de cette solution, qui nous a fait part de son retour d’expérience.

Vous travaillez dans la veille et les problématiques liées à la transition numérique, qui englobent ce secteur, vous intriguent ? Vous  angoissent ? Vous réjouissent ? Vous êtes constamment en recherche d’idées pour renforcer la qualité de vos panoramas de presse ? Cet article est fait pour vous !

Le bilan des tendances en termes de veille médias

Pour Jérôme Bondu, fondateur et directeur d’Inter-Ligere, nous traversons la 5ème grande révolution informationnelle, caractérisée par l’avènement d’internet. Il résume pour nous le rôle du veilleur : « l’objectif du veilleur est de mettre à disposition de ses « clients » des renseignements opérationnels, c’est-à-dire des éléments qui peuvent déboucher sur une action. Il doit éviter autant que possible l’envoi de « données informationnelles » à faible valeur ajoutée, qui risquent d’augmenter la surcharge informationnelle de ses clients« .

Faire une veille sans l’aide d’outils est impossible. Le choix entre les outils gratuits et les payants est pléthorique. Si l’on peut très bien se « débrouiller » avec des outils gratuits, ils demeurent limités par rapport à leurs homologues payants. Les outils de veille payants font gagner du temps, et donc de l’argent. Et bien sûr, leur pérennité est plus forte que celle des outils gratuits.

Jérôme Bondu dresse un bilan des tendances en termes de veille médias :

  • de plus en plus d’informations proviennent des médias sociaux, qui sont des caisses de résonance importantes à prendre en compte ;
  • les informations recueillies gagnent à être représentées sous formes cartographiques pour en améliorer la lecture ;
  • les clients demandent de plus en plus des informations personnalisées.

La solution de veille d’Europresse.com

Ludovic Vaz confirme l’impact de la révolution informationnelle sur les besoins des professionnels. Ils se doivent d’être efficaces malgré la multiplicité des médias. Europresse.com est une solution qui permet au veilleur d’accéder à tous types d’informations depuis une seule interface. Finie l’époque où le veilleur avait seulement accès à l’information provenant des organes de presse ; aujourd’hui, cette veille inclut forcément les médias sociaux, la télévision, la radio, le web, les rapports… C’est cet accès à 360° qu’Europresse.com propose.

Bien dans la tendance actuelle, la solution permet au professionnel de l’information de surveiller et d’analyser l’information. Les représentations graphiques des listes de résultats permettent de détecter facilement les tendances et de visualiser les principaux influenceurs. Europresse.com permet également de faire des recherches et de diffuser des panoramas de presse tant sur la presse que sur le plurimédia grâce à sa console de visualisation intégrée. La solution de veille Europresse.com s’appuie également sur la technologie du « responsive design » qui permet aux contenus diffusés de s’adapter automatiquement à l’écran utilisé par le client (smartphones, tablettes, etc.).

Europresse.com discute et négocie directement avec les éditeurs de presse. La question des droits d’auteur étant réglée en amont, le client n’a pas à se soucier de ces aspects juridiques.

L’outil Europresse.com utilisé lors de la conception d’un panorama de presse

Cette solution a été testée puis adoptée par le service Documentation du groupe MGEN il y a plusieurs années déjà. Le groupe MGEN compte plus de 9 500 salariés et plus de 3,8 millions d’adhérents.

Laurence Longet, responsable de la Documentation au sein de la Direction Communication Groupe MGEN, se dit très satisfaite de cette solution de veille et de diffusion de panoramas de presse. Laurence Longet a fait le point sur les produits de veille mis en place par son service : de leur réalisation par son équipe, à la diffusion vers les différents destinataires dans l’entreprise.

Elle insiste également sur la difficulté de la sélection des documents pour le panorama de presse. Si les outils sont faciles à prendre en main, l’expertise humaine prend toute son importance au niveau du contenu. Elle nous expose également les principales qualités de l’outil Europresse.com utilisé lors de la conception d’un panorama de presse :

  • Europresse.com faisant de la question des droits d’auteur une de ses priorités, l’utilisateur n’a pas à gérer ces droits pour les documents contenus dans le fonds Europresse ;
  • Face aux flux d’informations, le degré de réactivité de la solution Europresse.com est très élevé. Cela permet au veilleur d’aller consulter, tôt dans la matinée, ses alertes et d’enchaîner sur la sélection des informations qui constitueront son panorama de presse ;
  • Europresse.com permet également de diffuser une information spécifique à un domaine à destination d’un public ciblé ;
  • En revenant sur l’aspect humain, Laurence Longet souligne également l’intérêt du Club Utilisateurs Europresse.com. Il permet de faciliter les échanges entre professionnels, de signaler les attentes en termes d’améliorations techniques et d’enrichissement du fonds Europresse, de partager son expérience et d’enrichir son réseau de contacts.

A noter que le 4ème focus de la rédaction d’Archimag se tiendra le 24 novembre prochain et portera sur l’Archivage électronique des fichiers bureautiques et des e-mails. »


Source:
Article de
http://www.archimag.com/veille-documentation/2015/10/22/focus-redaction-comment-donner-valeur-ajoutee-veille-medias-panora-0

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

4 Secteurs que l’Impression 3D Va Révolutionner

« Promesses de révolution technologique, marché en pleine ébullition : l’impression 3D a le vent en poupe. De nombreux entrepreneurs se lancent sur ce secteur mais peu réussissent à s’y implanter durablement. La concurrence est rude, les barrières à l’entrée souvent difficiles à franchir, et le marché pas nécessairement mature.

Aniwaa (1)

En 2015, est-il possible de lancer une activité rentable fondée sur l’impression 3D ? Quels sont les domaines d’application les plus prometteurs ?

Nous avons sélectionné pour vous quatre secteurs qui présentent, à plus ou moins long-terme, un potentiel intéressant.

  • Lunettes

L’impression 3D est une technologie très adaptée à la production d’objets simples et personnalisés. C’est le cas pour une monture de lunettes, un simple objet en plastique qui coûte relativement cher et peut fortement bénéficier d’une personnalisation selon les goûts et la morphologie du client. Le secteur optique l’a compris : l’impression 3D pourrait bien être en train de révolutionner l’activité des lunetiers.

L’impression 3D est déjà utilisée en optique pour réaliser rapidement et à moindre coût des prototypes de modèles sur-mesure. Le Français Lu-net.fr permet ainsi de créer son modèle en ligne, sur la base d’une sélection de modèles 3D de montures disponibles sur leur site. Le client peut ensuite télécharger le fichier 3D et l’imprimer à domicile ou via un service d’impression 3D, pour pouvoir l’essayer. Une fois le design validé et les derniers détails corrigés, le fichier 3D de la monture est envoyé à un artisan lunetier du réseau de Lu-net.fr pour être fabriqué. Le client n’a plus qu’à récupérer sa paire de lunettes chez l’artisan.

Certains lunetiers vont plus loin et ambitionnent de proposer des modèles de lunettes entièrement personnalisables et prêts à être imprimés en 3D. C’est le cas de l’américain Protos Eyewear qui permet de créer une paire de lunettes sur-mesure pour le client et de l’imprimer en 3D. L’impression 3D de lunettes semble ainsi en mesure de gagner des parts de marché sur les procédés traditionnels de fabrication.

Maturité : 2015-2020, les avantages de l’impression 3D : confort, design unique

  • Semelles orthopédiques

Les semelles orthopédiques sont des objets à forte valeur ajoutée et relativement simples à produire. Une start-up de Montpellier, Eden 3D, s’attaque aujourd’hui à ce marché prometteur avec pour objectif d’offrir une solution clé en main aux podologues pour fabriquer les semelles orthopédiques de leurs patients, grâce à l’impression 3D.

Le concept est simple, tout se passe sur l’application pour tablette développée par Eden 3D. Il suffit au podologue de prendre de trois à cinq photos du pied du patient pour que l’application génère un modèle sur-mesure de semelle orthopédique. Le podologue n’a plus qu’à finaliser la semelle et l’envoyer en production, en quelques clics. Le résultat : le patient reçoit sous 48h une semelle orthopédique, plus précise que celles produites via les procédés de fabrication actuels.

Après une levée de fonds de 300 000 euros en 2015, Eden 3D prévoit de lancer sa solution d’ici la fin d’année et vise un chiffre d’affaire de 3,5 millions d’euros à l’horizon 2017. De manière plus générale, les applications médicales de l’impression 3D ont le vent en poupe, notamment la fabrication de prothèses imprimées en 3D.

Maturité : 2015-2020, les avantages de l’impression 3D : gain de temps, précision accrue

  • Jouets

De nombreux jouets sont composés de pièces basiques, en plastique. Ils coûtent pourtant parfois cher ! On pense par exemple aux Legos ou aux Playmobil. L’impression 3D pourrait amener du changement dans ce secteur, en permettant d’imprimer à domicile des jouets ou des pièces de jouets personnalisées.

De gros fabricants d’imprimantes 3D voient là une opportunité de rendre leurs machines plus accessibles au grand public et proposent des modèles de jouets prêts a être imprimés. Par exemple, l’américain MakerBot collabore avec la marque Hello Kitty et propose pour 8 dollars les fichiers 3D officiels pour imprimer 5 figurines en plastique.

Les acteurs traditionnels du jouet commencent eux aussi à intégrer l’impression 3D dans leur processus de conception voire de distribution : il est probable que l’on pourra bientôt imprimer chez soi des pièces voire des jouets entier, par exemple des briques Legos. L’impression 3D de jouets apparait ainsi comme un domaine d’application à fort potentiel.

Il faudra cependant attendre une démocratisation de l’impression 3D et une amélioration des performances des imprimantes 3D grand public pour que ce secteur se développe réellement. En témoigne l’échec de la plateforme Toyfabb, la première place de marché pour jouets imprimables en 3D. Trop spécialisée ? En avance sur son temps ? Lancé en fanfare en 2014, le projet n’a pas su trouver son marché et le site est aujourd’hui fermé.

Maturité : 2020-2025, les avantages de l’impression 3D : personnalisation, fabrication sur-demande et à domicile

  • Mobilier

Une imprimante 3D géante capable de fabriquer une table ou des chaises en quelques minutes : ce rêve de designer semble aujourd’hui presque réalisable. L’arrivée sur le marché d’imprimantes 3D grand format ouvre en effet de nouvelles perspectives pour la création et la fabrication de meubles.

La start-up Francaise Drawn fait figure de pionnier sur ce secteur, encore très peu développé. La société propose une gamme de mobilier design imprimé en 3D par Galatea, leur imprimante 3D, une machine unique en son genre. Si ce projet est séduisant, ces créations restent chères et s’adressent à un marché de niche. Les procédés de fabrications industriels actuels restent les plus rentables pour la production de meubles en série, et l’impression 3D reste largement cantonnée aux applications de prototypage rapide.

Maturité : 2025-2030, les avantages de l’impression 3D : fabrication de meubles de formes complexes, sur-mesure

Il ne faut pas se méprendre et surestimer le potentiel de l’impression 3D : son usage actuel principal 3D reste le prototypage rapide, et on est encore loin d’une utilisation à grande échelle de cette technologie pour la fabrication instantanée d’objets prêts à l’emploi.

Pour autant, l’impression 3D offre de réelles perspectives de disruption pour de nombreuses industries, notamment dans le cadre de la production de pièces uniques ou de petites séries d’objets à haut degré de personnalisation. Progrès rapides des technologies d’impression 3D, arrivées sur le marché d’imprimantes 3D capables d’imprimer différents matériaux plus vite et moins cher, émergence de machines capables d’imprimer des circuits électroniques, voire des tissus humains… L’impression 3D semble promise à un avenir radieux ! »

A propos

« Pierre-Antoine Arrighi est diplômé de l’ENSEEIHT et Docteur en Management de l’Innovation, et Martin Lansard est diplômé de l’EDHEC. Après 5 ans chez Dassault Systèmes et Google respectivement, ils lancent Aniwaa en 2013, qui devient rapidement une référence mondiale du secteur de l’impression 3D. C’est une start-up dont le but est d’offrir des connaissances pertinentes sur l’impression 3D. Leurs services s’appuient sur une base de données unique au monde, qui recense notamment la plupart des imprimantes 3D et scanners 3D disponibles sur le marché, permettant aux utilisateurs de facilement rechercher et comparer ces produits.
  »


Source:
Article par Pierre-Antoine Arrighi et Martin Lansard, fondateurs d’Aniwaa
http://www.frenchweb.fr/les-4-domaines-a-connaitre-ou-limpression-3d-va-revolutionner-les-choses/211233

 Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author
%d blogueurs aiment cette page :