La Pollution de l’Air Transformée en Encre pour Imprimante au MIT

« Anirudh Sharma, chercheur au Media Lab du MIT, a mis au point un ingénieux système d’aspiration et de filtration grâce auquel il parvient à extraire le noir de carbone de la pollution atmosphérique et à le transformer en encre noire pour imprimante. Il assure qu’avec un peu de développement (sans oublier la vodka et l’huile d’olive), la qualité de cette encre pourrait rivaliser avec celles des produits du commerce.

Un chercheur du MIT a eu l’idée de fabriquer de l’encre noire à partir de la suie émise par les gaz d’échappement et d’autres combustions polluantes. Techniquement fonctionnelle, son invention est pour le moment encore très artisanale. © Kenny Loule, Flickr, CC by 2.0 Un chercheur du MIT a eu l’idée de fabriquer de l’encre noire à partir de la suie émise par les gaz d’échappement et d’autres combustions polluantes. Techniquement fonctionnelle, son invention est pour le moment encore très artisanale.

Tous les utilisateurs d’une imprimante à jet d’encre connaissent le prix rédhibitoire des cartouches de marques. Voilà pourquoi des alternatives se sont développées, comme les kits de remplissage ainsi que la vente de cartouches dites compatibles, à des tarifs plus abordables.

Et s’il était possible de fabriquer soi-même de l’encre en transformant le noir de carbone présent dans les suies des gaz d’échappement et des combustions d’hydrocarbures ? Cette idée de prime abord surprenante a germé dans l’esprit d’Anirudh Sharma, un chercheur du célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT). « Il y a tant de pollution atmosphérique et de suie autour de nous, surtout dans les villes surpeuplées. Et si l’on pouvait les transformer en encre pour imprimantes ? » écrit-il.

Le chercheur du MIT dit avoir eu l’idée d’exploiter le noir de carbone suite à ses voyages en Inde dont il est originaire. Il évoque la pollution de l’air et un taux de particules de suie si élevé que le simple fait de se passer un mouchoir sur le visage révèle leur présence en teintant le tissu d’un marron-noir peu rassurant. Se rappelant que l’encre de Chine est fabriquée à partir de noir de carbone, Anirudh Sharma pense alors à transformer cette nuisance en quelque chose d’utile. Il a imaginé un dispositif qui aspire la suie présente dans l’air pour en extraire le noir de carbone qui est ensuite mélangé à de l’alcool et de l’huile d’olive. Il obtient une encre noire qui, comme le montre sa démonstration vidéo, semble tout à fait utilisable.

videoDans cette vidéo de démonstration, le chercheur du MIT Anirudh Sharma utilise son système d’extraction pour récupérer du noir de carbone à partie de la suie émise par la combustion d’une bougie. La substance polluante est alors transformée en encre noire grâce à un mélange d’alcool et d’huile d’olive. Le liquide est injecté dans une cartouche classique commandée par un contrôleur Arduino. L’impression se fait avec une finesse de 96 points par pouce.

Une heure pour remplir une cartouche à partir d’un moteur Diesel

Son appareil baptisé Kaala est le fruit d’un bricolage astucieux qui assemble un ventilateur de PC positionné à proximité d’une source d’émission de gaz polluants qui sont aspirés pour en récupérer le noir de carbone grâce à un séparateur. Pour sa démonstration, le scientifique s’est servi d’une bougie dont il extrait la suie émise lors de la combustion. Celle-ci est alors mélangée avec de la vodka et une goutte d’huile d’olive pour obtenir la viscosité nécessaire. L’encre est transférée dans une cartouche HP contrôlée par un circuit Arduino et permet d’imprimer avec une résolution de 96 points par pouce. Anirudh Sharma précise qu’il lui a fallu agrandir les orifices de sortie de la cartouche car les particules de son encre artisanale étaient plus épaisses que celles des encres industrielles.

Mais il assure qu’en poussant un peu la recherche et développement de son concept, la qualité finale pourrait rivaliser avec celle des cartouches d’encre du commerce. Selon lui, il faudrait environ une heure pour remplir une cartouche à partir des émanations d’un moteur Diesel vieux de seulement quatre ans et à peine une dizaine de minutes en récupérant les fumées d’une cheminée domestique.

« L’encre d’impression de couleur noire est l’un des produits les plus consommés dans l’industrie. L’essentiel de la production de cette encre est réalisé en usines avec des procédés chimiques complexes. Des entreprises comme HP ou Canon réalisent 70 % de leurs bénéfices en vendant ces cartouches d’encre avec des marges de 400 % », souligne Anirudh Sharma qui n’évoque pourtant pas de projet commercial pour son invention ».


Source:
Article de Marc Zaffagni
http://www.futura-sciences.com/magazines/high-tech/infos/actu/d/imprimante-pollution-air-transformee-encre-imprimante-mit-60102

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Publicités