L’Envolée du Marché du Bio

« A l’occasion de Natexpo, le salon professionnel des produits biologiques, qui se déroule du 18 au 20 octobre, tour d’horizon des tendances sur le marché du bio….

Trois quarts des consommateurs achètent leurs produits bio en GMS.Trois quarts des consommateurs achètent leurs produits bio en GMS.

Le marché des produits bio ne connaît pas la crise. Sur les neuf dernières années, il a connu une croissance moyenne de 14 % par an. 90 % des Français consomment désormais du bio occasionnellement et 62 % au moins une fois par mois. Au total, ils ne sont plus que 12 % à ne jamais en consommer, alors qu’ils étaient 25 % en 2013 et 46 % en 2003.

Trois quarts des produits bio vendus en GMS

Tous circuits confondus, les ventes de bio devraient ainsi atteindre 5,5 milliards d’euros d’ici la fin de l’année. Et d’ici 2018, les ventes de produits alimentaires bio devraient peser 6,7 milliards.

« Le créneau est porteur pour tous les types de distribution, des grandes surfaces aux enseignes spécialisées en passant par les producteurs et les petits commerces. Les différents types de commerce sont complémentaires et jouent positivement sur l’ensemble des ventes. Un situation que beaucoup d’autres secteurs enivraient », explique Philippe Guilbert, directeur général de Toluna, sur LSA.

Si près de trois consommateurs sur quatre achètent ses produits bio en GSM plutôt qu’en magasins spécialisés, les deux types de point de vente progressent. Les ventes des premiers ont augmenté de 15 % depuis début 2015, les seconds de 7,4 %.

Lait, œufs, jus de fruits : champions du bio

Côté produits, trois familles génèrent à elles seules 500 millions d’euros de ventes. Il s’agit du lait (228,6 millions), des œufs (201,5 millions) et des jus de fruits (116,2 millions). Mais d’autres catégories de produits progressent rapidement. On peut notamment citer le saumon fumé (+ 18,8 % entre février 2014 et février 2015), la viande hachée (+ 17,6 %), les céréales (+ 17 %) ou encore le jambon cuit (+ 14,8 %).

Mais tous les secteurs de l’agroalimentaire sont concernés par le développement du bio. Dans tous les rayons des supermarchés, on voit apparaître des produits issus de l’agriculture biologique. Sur les linéaires des produits de boulangerie, la Boulangère a récemment lancé « quatre baguettes viennoises bio nature », confirmant ainsi sa position de leader sur ce segment, avec douze références bio.

Des nouveautés bio dans les rayons

Au rayon des produits laitiers, cinq producteurs bio de l’Ouest de la France se sont associés pour lancer une nouvelle marque bio, Invitation à la ferme. Le segment de la bière a récemment vu apparaître des références telles que Jade, bière bio sans gluten de la brasserie Castelain ou encore Grain d’orge, elle aussi bio et sans gluten. A noter que les produits bio et sans gluten commencent à se multiplier sur tous les segments.

Les produits infantiles se convertissent eux-aussi au bio. « Les références bio représentent aujourd’hui 6,7 % du chiffre d’affaires des laits et aliments pour bébés en hypers, supers, hard discount et drive. Et elles sont en progression », indique ainsi Christelle Planes, chef de produits Babybio chez Vitagermine, sur LSA. Et Mikaël Aubertin, président de Good Goût, de rappeler que « un quart des nouveaux consommateurs de produits biologiques sont recrutés à l’occasion d’un achat pour bébé ».

Bio : les nouvelles tendances de NatExpo

Au salon NatExpo, le salon professionnel des produits biologiques, qui se déroule du 18 au 20 octobre, se dessinent les nouvelles tendances du secteur bio. Cette année, on mise donc notamment sur :

  • des ingrédients originaux : sirop récolté sur les fleurs du cocotier, jus de fruit au baobab, brioches au blé Khorasan Kamut, confiture de Gamay, gelée de thé vert matcha, pur jus de yumberry, infusion à base de maté, jus de pamplemousse et patate douce, tartare d’algues, boissons à la fleur d’hibiscus…
  • plus de praticité : biscuits enfants au rayon vrac, squeezer caramel, paillettes de miso, mini galettes de sarrasin pour l’apéritif, tartinable à base de graines germées, toasts bio aux herbes de Provence…
  • des produits très gourmands : biscuits fourrés au caramel beurre salé, miel de pommier, barre de chocolat à la figue et à l’orange sauvage, pâte à tartiner au chocolat noir & noisette sans huile, biscuit au Whisky…
  • des produits sans : sans gluten, sans lait, sans OGM, sans gélatine, sans huile de palme…
  • des produits du terroir : gruyère France IGP, jambon du bassin de l’Adour, Kouign Amann, jus de pommes du Languedoc Roussillon, vinaigre balsamique de Modène…

NatExpo : les lauréats de trophées de l’innovation

Des Trophées de l’innovation ont d’ailleurs été décernés en amont du salon. Voici les lauréats :

Catégorie Bio&Bon – alimentation et vin bio

  • Les galettes cocktail sarrasin Biobleud
  • Les végé’merguez de la marque Wheaty
  • Le mélange de graines germées Méditerranée Raiponce. Un produit bio, végan et sans gluten, élaboré selon le principe de l’alimentation vivante (raw food).

Catégorie forme et équilibre – diététique et compléments alimentaires

  • Une recette bio innovante à base de pollen frais, de fruits mixés sans conservateur, ni additif : Pollenergie. Cette purée de fruits bio contient 20 % de pollen frais, 4 % de protéines végétales, des fibres, des vitamines, des minéraux et des antioxydants. Il est sans sucre ajouté, sans lactose, sans protéine laitière, sans gluten.
  • Le café vert cardamone Aromandise. Le café vert est un concentré de principes actifs bénéfiques pour la santé. Quant à la cardamome, elle apporte une note fraîche et délicate.
  • Les litchis séchés de Madagascar Agro-sourcing, qui ont une saveur caramélisée. Riches en potassium, ils participent l’équilibre acide-base de notre corps.

Les modes de consommation du bio évoluent

Mais au-delà des produits eux-mêmes, ce sont aussi les modes de consommation et d’achat qui évoluent. A NatExpo, Sauveur Fernandez, expert en nouveaux modèles économiques verts et marketing-innovation des éco-produits éthiques, naturels et bio, présente d’ailleurs le magasin bio de demain. Demain est dans ce cas précis en 2025. Dans dix ans, il suppose par exemple que les lieux de ventes de produits bio ne seront plus de simples magasins mais des éco-centres de ressourcement « adaptés à la recherche avide du bonheur de la société du XXIe siècle ». Le personnel ne se contentera alors plus de jouer le rôle de conseiller mais percevra davantage ses clients comme des voisins, s’intéressant de près à leur quotidien. Certains magasins bio loueront certains rayons (boucherie…), à de véritables artisans indépendants, responsables de leur chiffre d’affaires.

Bio : du Do it Yourself (DIY) au Produce it Yourself (PIY)

Le concept de flat store va également être amené à se développer. Dans une optique de zéro déchet, le nombre de références sera réduit dans les magasins, les ventes de boissons fonctionneront sur système de consigne, les produits seront vendus en vrac. Les approvisionnement ultra-court et l’agriculture urbaine vont prendre davantage d’ampleur. La majorité des produits frais, tels que le pain, les pâtes fraîches, la bière ou encore les pâtisseries seront transformés sur place, sous les yeux des clients. De plus, les  magasins proposeront des ingrédients de base en vrac ou en kit, pour réaliser chez soi son beurre, sa moutarde, sa bière, etc. Enfin, le bio et le digital vont se rapprocher. Les ventes en ligne sont déjà en train de croître rapidement. Mur virtuel de shopping ou projection en temps réel des champs agricoles sont envisageables.

Déjà les magasins évoluent. Biocoop vient d’inaugurer un point de vente à Paris, baptisé Dada. « Nous avons voulu livrer notre vision du bio pour les années 2018-2020, tout en restant attachés aux valeurs de Biocoop, indique Marie-Laure Dumarché, l’une des deux propriétaires, sur Linéaires. Plutôt que de reprendre les codes d’un magasin alimentaire, nous nous sommes inspirés de modèles plus dynamiques, comme le textile. »


Source:
http://www.agro-media.fr/analyse/lenvolee-du-marche-du-bio-19463.html

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Publicités