B-Actif Transforme la Consoude en Engrais Bio

« L’exploitation de quatre hectares installée à Scaër exporte en Angleterre, Russie, Belgique… Elle compte près de 6 500 clients et compte se développer.

Quatre hectares

En 1993, Oliver Gloster, venu du Royaume-Uni, a posé ses valises à Ty-Jaouën à Scaër. Il n’en repartira pas et sera rapidement rejoint par Alain Corn, cadre dans l’agro-alimentaire.

Les deux amis décident de planter en plein champ la consoude, une plante ancienne et vivace chargée en protéines, potasse et oligo-éléments, venue aussi de l’Angleterre. Une première plantation sur 1,5 hectare donnera un résultat permettant de produire un engrais complètement biologique et efficace au jardinage. Le duo est rejoint par Maxime Morvan, ingénieur agronome, en 2005. La plantation est élargié à quatre hectares.

Naissance d’une filière

La plante aux multiples vertus et aux fleurs de couleur bleue ou rose va dès lors recouvrir allègrement les sols de mars à septembre sur des terrains parfaitement appropriés en raison de l’humidité bretonne.

Cette année 2005 verra la création de la SARL du trio qui s’appellera désormais « B-Actif » comme « Bio-actif » ou encore « Bee-actif » (l’abeille active). L’abeille qui affectionne tout particulièrement le butinage de la plante trop méconnue. À cette époque, un travail important se met en place. « On a remonté la filière petit à petit au niveau des essais », confie Oliver Gloster.

Naissance de l’engrais

La consoude, la plante qui soude puisqu’elle a également des vertus cicatrisantes, ne sera plantée qu’une seule fois. La récolte de ses feuilles si riches et si précieuses peut se faire à plusieurs reprises durant la saison.

Ses racines charnues pénètrent dans le sol profondément et puisent ainsi les éléments nutritifs inaccessibles à d’autres plantes. Les feuilles récoltées par le matériel spécialisé seront séchées à la ferme dans un premier temps. Au vu du tonnage, elles seront acheminées vers l’usine « Pen ar Bed » du Nord-Finistère afin de subir un second séchage et leur transformation en engrais liquide, solide ou en qualité d’anti-mousse. Le produit rendu répond parfaitement aux normes de l’engrais stabilisé et conformé. Il peut donc obtenir l’appellation d’engrais.

6 500 clients

De grandes quantités d’engrais partent directement de l’usine vers l’Angleterre, la Russie et la Belgique. Trop peu vers les pays européens. Les nombreux clients avoisinant les 6 500 se sont fait connaître principalement par le site internet, outils précieux pour l’entreprise scaëroise. Les plus petites quantités (bidons de 1 à 5 litres) partent directement de la ferme ou les trois associés s’activent chaque jour à l’envoi des colis. La plante est également conditionnée sous sachet et livrée au client par envoi postal. Aujourd’hui, B-actif exploite la plus grande parcelle de culture de la consoude en Europe.

Vertu cicatrisante

« Le baume du jardinier » un nouveau produit en vente actuellement. Un secteur que voudraient développer les trois amis. Des vertus cicatrisantes et calmantes bien connues autrefois.

« Les anciens semaient la consoude au gré des chemins et la récoltaient plus tard pour se soigner, explique Oliver Gloster. Aujourd’hui, on oublie trop vite la qualité des plantes de la nature ».


Sources:
http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/agriculture-b-actif-transforme-consoude-engrais-bio-19-10-2015-235917
Site internet : www.b-actif.fr

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :