Les «nez» de Givaudan aussi formés à Singapour

« Le leader des parfums et arômes ouvre en Asie sa deuxième école de parfumeurs.

Givaudan est le leader mondial de la parfumerie et des arômes.Givaudan est le leader mondial de la parfumerie et des arômes.

Ce qui est fragrance, fumet et senteur pour les uns est relent, remugle et puanteur pour les autres. Les bonnes et les mauvaises odeurs ne sont pas du tout universelles. Partant de cette réalité inchangée malgré la mondialisation, et d’un chiffre d’affaires qui sera bientôt réalisé pour plus de la moitié en Asie, Givaudan, leader mondial de la parfumerie et des arômes, a inauguré hier à Singapour la deuxième école de parfumeurs qu’il possède dans le monde.

Jusqu’à présent, les six à douze «nez» que forme par année le groupe de Vernier n’avaient pas le choix et devaient passer trois ans à l’école de parfumerie d’Argenteuil, située dans la banlieue nord de Paris.

Ancrage olfactif

Cette formation avec une école unique en France souffrait d’un problème majeur: «Les futurs parfumeurs étaient déracinés de leur milieu d’origine, perdaient leurs points de repère olfactifs et n’arrivaient plus à suivre les tendances de leur région», explique la multinationale genevoise.

Pour être un créateur d’odeurs dans le vent, il «faut s’immerger, et suivre les tendances qu’on retrouve par exemple dans les défilés de mode locaux, les restaurants, la musique, etc.», précise Givaudan. Cela permet de donner une touche caractéristique, locale, à des produits hygiéniques, de nettoyage, ou des parfums, qui sont toujours vendus pour un marché particulier.

L’autre défi d’une formation de parfumeurs réussie consiste à avoir en fin d’étude des «nez» indépendants, de véritables créateurs. «Ils ne le seraient pas s’ils étaient formés en apprentissage, en restant à côté du parfumeur qu’ils vont être amenés à remplacer. Ils ne feraient que copier ses procédés et surtout, ses goûts.» L’ouverture d’une deuxième école à Singapour permet donc d’assurer la proximité culturelle, mais aussi la distance créatrice.

Elite mondiale

Ce deuxième centre de formation va aussi attirer l’élite du groupe. Sur cent collaborateurs, un seul travaille comme parfumeurs dans la société de Vernier, soit 120 parfumeurs (dont 40 pour la parfumerie fine de luxe) sur un effectif total de 9704 employés.

Ils sont répartis dans les 30 centres de recherche et de production de Givaudan, complétés par une quinzaine de laboratoires de création et d’application (sans production). Givaudan possède par ailleurs trois centres de recherche fondamentale, à Dübendorf (ZH) en parfumerie, à Shanghai (Chine) dans la chimie moléculaire et un dernier à Cincinnati (Ohio, Etats-Unis) dans les arômes.

La formation comme parfumeur est payée, et même rétribuée par un salaire. La grande majorité des personnes qui s’y lancent possède un premier diplôme supérieur, très souvent en chimie et en biologie. A Singapour, les cours ont déjà commencé et deux étudiants sont assis sur les bancs de la nouvelle école. « 


Sources:
http://www.tdg.ch/economie/entreprises/nez-givaudan-formes-singapour/story/21636587
https://www.givaudan.com/file/51841/
https://www.givaudan.com/media/media-releases/2015/givaudan-opens-fragrance-hub-video-and-gallery
http://www.premiumbeautynews.com/fr/givaudan-investit-massivement-et,8684
http://fr.fashionmag.com/news/Givaudan-ouvre-une-ecole-de-parfumerie-a-Singapour,579736.html
http://cosmetics.specialchem.com/news/industry-news/givuadan-inaugurates-fragrance-creative-center-and-production-hub-in-singapore-000178019
http://republic-of-innovation.ch/givaudan-opens-fragrance-creative-centre-perfumery-school-and-production-hub-in-singapore/
http://www.cosmeticsbusiness.com/news/article_page/Givaudan_opens_new_cosmetics_actives_production_facility/112806
http://www.cosmeticsdesign-europe.com/Business-Financial/Givaudan-opens-the-doors-of-first-perfumery-school-in-Singapore/
http://www.perfumerflavorist.com/networking/news/company/Givaudan-Opens-Perfumery-Hub-and-School-in-Singapore-331061742.html

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Publicités