How Robots Are Bringing Healthcare into the Future

Let’s talk about robots. Not the kind that are going to take over the world and kill humanity, but the kind that are changing our lives for the better. As technology keeps advancing, robots are more and more able to help us with all kinds of things, from analyzing research to comforting children. We might not have our own personal robot maids (a la The Jetsons), but we’re well on our way.

Here’s a rundown of five ways in which robots are advancing the field of human healthcare.

video1

Supercomputers are super helpful

For me, the journey to robot-awareness began with Watson—IBM’s supercomputer whose claim to fame was beating longest-running Jeopardy! champ Ken Jennings on national TV. Before Watson could compete on the show, the computer scientists at IBM spent years « teaching » the supercomputer how to parse language the way humans do, a task much more advanced than the usual find-and-retrieve-data tasks we’re used to seeing computers do.

But Watson’s potential doesn’t stop with game shows. Among other uses, Watson has been put to work in hospitals analyzing patient records, identifying treatment options, and keeping up with the latest research developments. The idea isn’t for Watson to replace doctors but to assist them.

Where it might take an oncologist weeks to analyze a patient’s genome and determine the best cancer treatment, Watson can sort through the data in minutes. As Dr. Lukas Wartman, oncologist, says, « Speed is critical because cancer treatment is a race against fast-replicating cells. »

Eliminating human error

Analyzing data and deciding how to treat patients is all well and good, but what happens after that, when the patient needs hands-on care? GE is working on it—they’re developing a robot that can sort, sterilize, and prep surgical tools.

video2

If this seems trivial, think again. Improper sterilization can have fatal consequences, and improper organization can delay surgeries—and both tasks are highly vulnerable to human error. GE’s new robot will deliver the sterilized tools in the right place, at the right time, and in the right order, allowing surgeons to focus on more important things (like, you know, actually performing surgery).

Teeny tiny robot arms

And speaking of robots aiding surgeons, the da Vinci Surgery group has developed a robot capable of performing minimally invasive microsurgery operations. The robots aren’t intended to replace human surgeons but to assist them in performing minute operations by enhancing precision, dexterity, control, and even vision. So far, the da Vinci System has been used in over 1.5 million surgeries worldwide.

video3

Think of the children

RxRobots is focused on the patient-care aspect of healthcare, particularly for children. Their MEDI robots focus on easing the anxiety of pediatric patients, from dancing or playing games with a child to explaining a medical procedure and talking the child through it. Results have been positive so far, with a 50 % reduction in reported pain over the three years the robots have been in use at Alberta Children’s Hospital.

Nanobots aren’t just science fiction

Nanobots aren’t a new concept, but until recently, they were just that—a concept, something not actually put into practice. That’s all changed in the past few years.

Researchers at Caltech have been working on nanobots that will deliver medicines directly to cancerous tissue, thus targeting cancer cells more precisely than oral medications and sparing the rest of the body from absorbing harmful, sometimes debilitating, toxins. Scientists at UCSD have successfully injected nanobots into mice, showing not only that such a technique is safe on mammals but also that nanobots could be an improved way of getting medicines to stick to bodily tissue. And researchers at Bachelet Science are currently conducting the first human trial of cancer-killing nanobots that can be controlled remotely and used to target and kill cancer from inside the human body.

There are dozens more examples of current studies focusing on nanobots (too many to list here), so you can bet we’ll be hearing more about this futuristic-sounding technology before you can say « Open the pod bay doors, HAL. »


Source:
http://www.cell.com/crosstalk-robots-are-the-future-of-healthcare

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Publicités

La Vague des Lunettes à Base d’Algues va Déferler

« Naoned, la marque de lunettes du grand ouest se lance dans une nouvelle collection qui pourrait bien révolutionner le monde de l’optique, « Don »: les déesses de la mer. Un an de recherche et de développement, pour des lunettes éco-responsables à base d’algues.
lunette_algueLes lunettes à base d’algues de Naoned ont tapé dans l’oeil des opticiens.
Elles étaient présentées au Salon international de la lunetterie et de l’optique fin septembre à Paris. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles ont tapé dans l’oeil des opticiens, qui ne cessent de passer commande auprès de la jeune équipe de la société Naoned basée à Nantes. Les lunettes à base d’algue brune vont vite trouver leur clientèle.

Une première mondiale

L’idée géniale de Naoned a été de trouver un nouveau matériau à base d’algues brunes pour équiper les montures de lunettes. Sur le marché de l’optique, l’acétate de cellulose (plastique à base de pétrole et de coton) représente plus de 80 % des montures. Il existe bien le métal et quelques matériaux naturels comme le bois, le cuir ou la pierre mais ils restent confidentiels.

L’ancrage breton des collaborateurs de la société d’optique et leurs valeurs écologiques les ont amené à chercher en Bretagne une alternative au plastique. Et c’est en travaillant avec la société malouine Algopak, qui produit un substitut au plastique avec des algues brunes, que le nouveau matériau a été mis au point : « plus de 90 % d’algue et du polypropylène naturel » précise Aristide Melou, l’un des responsable de Naoned. Une matière certes 10% plus chère mais éco-responsable car totalement biodégradable : « L’algue intrigue. C’est un choix militant de l’opticien »

L’algue brune, ramassée sur les côtes bretonnes, arrive dans des ateliers nantais sous forme de plaquette. Après le process est quasiment le même que pour une monture classique.

Intervenants : Jean-Philippe Douis, oticien désigner « Naoned », Pierre Maiche, gérant de la société MB Production

Une identité bretonne marquée

La société nantaise surfe sur l’identité bretonne qu’elle revendique en donnant à ses collections de lunettes des noms bretons de villes de la région (Kemper, Karaez, Roazhon …). Une identité régionale qui séduit les opticiens qui passent commande : « Cette collection c’est avant tout un design, après la matière, puis l’histoire du produit local et notre identité bretonne fortement marquée » précise Aristide Melou.

« On a aussi beaucoup de chance d’avoir des compatriotes un peu partout » précise-t-il lorsque on lui demande d’où les commandes affluent. Leurs gammes de lunettes se vendent surtout à Bordeaux, Lille et bien sûr en Bretagne.

Pour l’instant, le produit ne se retrouve que sur 4 montures, où il recouvre le cerclage de l’oeil. Les premières lunettes ne seront vendues dans les magasins qu’à partir de janvier. Des montures exclusivement à base d’algues devraient suivre dans la foulée. A terme, la société espère qu’elles représenteront 30% de sa production (sur 50 modèles). »


Source:
Article de Thierry Peigné
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/la-vague-des-lunettes-base-d-algues-va-deferler-824921.html

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Clarisonic Makes The Leap To Men’s Grooming

« The L’Oréal brand, based in Redmond, Washington, has begun a campaign to market its Alpha Fit tool to men with and without beards.

Clarisonic-makes-the-leap-to-men-s-grooming_strict_xxlEquipped with data from a recent Harris poll about men’s face washing habits, the device maker is set to add its name to the growing list of men’s grooming brands.
“Alpha Fit, Clarisonic’s new sonic cleansing device for men, is designed to cleanse men’s skin 6X better than using hands alone and effectively cleanse both shaven and bearded skin,” announced the company in a statement to the press this week.

The great unwashed

Over 2,000 adults responded to an online survey that Clarisonic commissioned Harris to run. The questions were set to determine how men care for their faces. More often than not, respondents were women describing the personal care routines of men they know. This alone suggests that Clarisonic will most likely market the Alpha Fit as a gift item that women might purchase for men.

56 % of men wash their faces using their hands, according to the Harris Poll results. Of those, 33 % use a body wash product or bar soap, while 9 % use only water, and the remaining 14 % choose a face cleanser.

From there, the findings get a bit dingier. 17 % of the men responding acknowledged that they do not always wash their hands after using the bathroom. And only 76 % always use soap to wash their hands. Clarisonic includes these findings to make a further point.

“Not only are they using those dirty hands to wash their face,” explains the press item, “if they’re using a bar of soap to wash their face instead, which can actually dry out your skin, it can be assumed that they are also using the same bar of soap or cleanser to clean their feet, their derriere, and…some other body parts that shall remain nameless.”

The data is a bit off-putting, as is the campaign itself, grabbing the attention of would be customers with a pithy response to the question: Why cleanse your skin properly? “Because it’s your F-ing face! » answers Clarisonic.

His and hers

« For over a decade, Clarisonic has been loved by women and men alike. But let’s face it, men’s skin is different and they deserve a Clarisonic device built just for them – providing a great cleanse, a better shaving experience and a way to clean the hard-to-reach skin underneath facial hair, » says Robb Akridge, co-founder and global president of the device company, in the statement.

Retailing at $ 189, the Alpha Fit is priced for the US prestige market beauty segment. That number is comparable to the company’s pricing for women’s skin cleaning devices, which range from $ 99 – $ 265.

In a recent interview with Cosmetics Design , Women’s Marketing Inc. pointed out that these tool prices can often be prohibitive for consumers. “The optimal price point for skincare devices is $ 50, yet even entry-level devices hover closer to the $ 100 mark, Andrea Van Dam, CEO of the media planning and buying company told this publication.”


Sources:
Article by Deanna Utroske
http://www.cosmeticsdesign-europe.com/Brand-Innovation/Clarisonic-makes-the-leap-to-men-s-grooming/
https://www.pharmamedtechbi.com/publications/the-rose-sheet/36/41/emclarisonicem-introduces-sonic-cleansing-device-for-mens-fing-face

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Polymères pour l’Impression 3D : Opportunités pour Start-ups, Relais de Croissance pour Chimistes

Les polymères pour l’impression 3D : opportunités pour les start-ups, relais de croissance pour les grands chimistes

Les matières premières sont un fabuleux moteur de croissance pour produire en impression 3D des pièces complexes et fonctionnelles. Technologie très innovante et convoitée, l’impression 3D attire de ce fait une multitude d’acteurs diversifiés : de la start-up au grand groupe, des chimistes qui formulent et fabriquent des polymères spéciaux, aux fabricants de produits – filaments, poudres, résines – prêts à l’emploi.

L’imprimante à l’origine des premiers développements industriels

3D Systems et Stratasys sont des leaders généralistes sur le marché de l’impression 3D. Leur stratégie a consisté à développer et à vendre du matériel d’impression et les matières premières prêtes à l’emploi adéquates grâce à une forte croissance externe.
« Bien souvent un acheteur n’avait d’autre choix que de se fournir en matière première auprès de son vendeur d’imprimante. De plus il n’avait qu’un catalogue limité de matériaux prêts à l’emploi à sa disposition, ce qui limitait également ses applications », commente Vincent Pessey, Responsable de Missions chez Alcimed.

La standardisation de l’offre s’est faite autour du FDM (Fused Deposition Modeling, pour impression par dépôt de matière fondue) avec les filaments de PLA (Acide PolyActique) et ABS (Acrylonitrile Butadiène Styrène).

Comme pour l’impression 2D, son essor a été assuré par la vente de recharges. Citons pour exemple la société Helian Polymers, spécialisée dans l’industrie des bio polymères, qui s’est lancée en 2013 sur le marché de l’impression 3D en produisant des filaments de haute qualité, développés et produits aux Pays-Bas sous le nom de ColorFabb . En collaborant avec le chimiste Eastman, ColorFabb a développé ensuite une gamme de filaments co-polyester à base du polymère d’Eastman Amphora 3D. Mais c’est surtout un large catalogue de couleurs et de matériaux (PLA, PLA/PHA, composites, polyester..) qui lui a permis d’aquérir une base solide de clients dans le monde entier.

Les matériaux spéciaux : nouvelle porte d’entrée de l’impression 3D

« Une nouvelle vague de développements industriels est portée par l’arrivée sur le marché de nouveaux matériaux techniques. Les start-ups sont particulièrement actives », note Vincent PESSEY. Structured Polymers, fondée par des diplômés de l’université d’Austin au Texas, produit des poudres de polymères innovantes à moindre coût pour l’impression 3D.

La start-up a levé 1,5 M$ pour le développement de ces poudres de polymères en juin 2014, principalement sur la plateforme de « crowdfunding » MicroVentures.

Sur ce même modèle, la start-up Recreus a lancé avec succès Filaflex en 2013 ; Elle entre ainsi dans la fabrication de matériaux thermoplastiques élastomères prêts à l’emploi. Cette start-up se positionne sur un segment de marché encore peu développé aujourd’hui : l’impression de matériaux souples pour des applications comme l’impression de chaussures.

Deux ans après les premières productions dans un garage, les filaments sont produits dans une usine de 400 m² et les produits sont exportés dans plus de 60 pays.

Des polymères performants grâce aux grands chimistes

Les leaders chimistes ne sont pas en reste. Solvay et Arkema, forts de leurs compétences en matière de polymères, proposent des solutions innovantes et toujours plus performantes afin de se positionner sur le marché de l’impression. Solvay possède une gamme diversifiée de PEEK, ce qui permet de retrouver ses polymères dans diverses applications.

Arevo Labs utilise le KetaSpire® pour produire des filaments composites à très haute performance tandis que le Zeniva® est accrédité par la FDA pour la fabrication d’implants dans la colonne vertébrale. Sur le marché du PEEK, Evonik et Victrex sont également présents.
Arkema a choisi de miser sur le PEKK (appartenant à la même famille que le PEEK, mais avec des performances supérieures) via l’acquisition d’Oxford Performance Materials en 2009 qui était alors la seule entreprise dans ce domaine. Afin de satisfaire une demande croissante pour les composés en fibres de carbone et l’impression 3D, Arkema annonce doubler ses capacités de productions d’ici mi-2016 en France pour le PEKK.

Le Groupe prévoit également de construire une nouvelle unité de production à échelle mondiale et de la mettre en service en 2018 sur le site de Mobile (Alabama, USA).

DSM possède une gamme de résines pour photo-impression (Somos®) développé en partenariat avec Prodways (Groupe Gorgé, fabricant d’imprimante français). Les autres leaders de l’industrie chimique comme BASF, Bluestar, DuPont, 3M ou Dow semblent en retrait sur ce marché.

Néanmoins, Dow a été cité comme partenaire dans la création d’un laboratoire à Chicago « the Digital Lab Manufacturing » soutenu par Barack OBAMA avec 320 M$ et, entre autres, Rolls Royce, Procter & Gamble, Microsoft, Boeing, 3D Systems ainsi que des universités et des agences du gouvernement. Cette initiative démontre l’intérêt que portent les gouvernements à l’impression 3D qui n’est pas seulement un défi technologique, mais un véritable enjeu économique.

Au-delà des chimistes, l’impression 3D attire d’autres groupes industriels à la recherche d’axes de diversification.

Ainsi, Fenner Drives, leader mondial dans le design et la production de tapis roulant, est entré sur le marché de l’impression 3D en 2013 avec NinjaFlex, un filament flexible utilisable avec les imprimantes 3D classiques. Pour se faire, l’entreprise s’est appuyée sur ses connaissances des uréthanes et des matériaux flexibles.

Les matériaux drivers de l’innovation

Il est probable que la stratégie des leaders pionniers de l’impression 3D tels Stratasys et 3D System, reposait en priorité sur le développement des imprimantes tout en proposant des matériaux moyenne gamme, pratiques pour le prototypage. Même si elle représente 50% des applications actuelles, cette approche ne permet pas de produire des éléments fonctionnels de bonne qualité.

« Pour que la troisième révolution industrielle soit une réalité, les enjeux se situent sur la production de produits finis. Grands chimistes et start-ups innovantes, entrent sur le marché de l’impression 3D via la porte « matériaux prêts à l’emploi et / ou polymères performant » rendant possible l’impression de pièces fonctionnelles de plus en plus nombreuses, obligeant les fabricants d’imprimantes à leur emboiter le pas », conclut Vincent PESSEY.

A propos d’Alcimed…

ALCIMED est une société de conseil en innovation et développement de nouveaux marchés, spécialisée dans les sciences de la vie (santé, biotech, agroalimentaire), la chimie, les matériaux et l’énergie ainsi que dans l’aéronautique, le spatial, la défense et les Politiques Publiques.

ALCIMED s’appuie sur une équipe de 180 collaborateurs, répartis par secteur et capables de prendre en charge des missions extrêmement variées depuis des sujets marketing & ventes (études de marché, ciblage de nouveaux besoins, positionnement d’un nouveau produit…) jusqu’à des problématiques stratégiques (stratégie de développement, recherche & évaluation de cibles d’acquisition, organisation d’une activité, conception / évaluation / déploiement de politiques publiques…).

La société dont le siège est à Paris, est présente à Lyon et à Toulouse ainsi qu’en Allemagne, en Belgique, en Suisse, en Angleterre et aux Etats-Unis.« 


Sources:
Article de Vincent PESSEY
http://www.egazettelabo.fr/article.php?id=1008
http://www.alcimed.com

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Tough Conditions, Stable Performance For European Tube Production

« The cosmetics tube market only reported a marginal change on last year’s performance due to difficult economic conditions; although the toothpaste sector did see a big boost, according to the European tube manufacturers association (etma).

Tough-conditions-stable-performance-for-European-tube-production-says-etma_strict_xxlDue to the tough situation in Europe, the member companies of etma reported almost the same total production in the first six months of the current year as was reported for the first half of 2014, although etma Secretary General Gregor Spengler says this demand can be seen as positive overall.

“Production remained at the previous year’s level despite the ongoing financial crisis in Greece, some economies in the eurozone continuing to flag and the uncertain situation in Russia and the Ukraine with its associated economic sanctions,” he says.

“Overall, this result is therefore satisfactory and it fills me with confidence regarding the future development of the European tube market. I also interpret the expectations of most member companies as being cautiously optimistic.”

Marginal changes

There is good news in the toothpaste sector as it was somewhat stronger than during the corresponding last year’s period. However, all other important tube markets, such as cosmetics, reported only marginal changes.
The highlight was laminate tubes which showed a positive development compared with the first half of 2014, although demand for plastic tubes declined slightly.

Production figures for aluminium tubes remained almost unchanged year-on-year.
Despite not being the strong growth that everyone hopes for, etma says that overall the sector is still satisfied with the stable demand; however, the prices for individual raw materials and other materials are definitely giving cause for concern as they have been increasing a lot, particularly for the plastics used (PE and PP).

‘Well positioned’

Dr Monika Kopra-Schäfer , etma president also adds that the trend towards ever smaller lot sizes and shorter ordering and delivery times is also continuing, placing more pressure on companies, but that the industry is well positioned.
“At the same time, clients are placing ever greater demands on the design, decoration and finish of the tubes. Nevertheless, as we have shown impressively in previous years, which were not easy years either, the European tube industry is well positioned here,” she says.

“Our etma member companies in particular were able to further develop their good position by means of more efficient production, investments in innovative technologies and continual optimisation of process chains.”


Source:
Article by Andrew Mc Dougall
http://www.cosmeticsdesign-europe.com/Packaging-Design/Tough-conditions-stable-performance-for-European-tube-production-says-etma

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Les Grands Noms du Design se Mettent au Parfum

« Le studio japonais Nendo, du designer Oki Sato vient de signer, pour la maison Kenzo, un flacon pour la fragrance «Totem». A cette occasion, retour sur ces grands noms du design international, qui se sont essayés à l’exercice du flacon de parfum.

Nendo, avec «Totem» de Kenzo

A travers cette bouteille cylindrique, frappée des lettres géométriques du mot totem (parfum de Kenzo), Nendo a souhaité évoquer une nouvelle génération de jeunes gens sans clivages culturels et qui partagent une identité commune, et ce grâce à la propagation des médias en ligne. Une génération considérée comme une nouvelle «tribu», dont ce parfum unisexe symbolise l’interdépendance.

Pour incarner cette idée, le studio a donné naissance à un flacon de verre violet foncé, dont la forme rappelle celle des totems traditionnels. Disponible en trois modèles différents, le citron boisé sera jaune, le floral boisé sera orange et le fruité boisé, bleu.

Philippe Starck avec «L’air du temps» de Nina Ricci

Pour ce parfum mythique signé Nina Ricci, le plus connu des designers français Philippe Starck a pensé un flacon plat. L’assise a disparu pour ne laisser qu’aux silhouettes des deux colombes, qui semblent s’être posées à même le sol. Fait en verre dépoli, l’objet présente une partie (une aile) recouverte par un capot en zamac galvanisé. Pour le designer, le «flacon (…) s’est auto-dessiné en s’affinant, en se fondant, en réduisant sa masse, jusqu’à n’être plus que l’atome indivisible».

Ora- ïto avec «Miss Pucci» de Pucci

Pour ce parfum de la maison italienne Pucci, Ora- ïto a choisi un motif issu de l’imprimé Vivara, qui associe des nuances de rose et de rouge. Le designer a fait passer le dessin de la 2D à la 3D, en posant l’imprimé sur une bulle de verre, elle-même enserrée dans une structure argentée.

Ettore Sottsass avec «Eau d’Issey» d’Issey Miyake

Le styliste japonais Issey Miyake, a toujours été un grand admirateur du travail du designer italien Ettore Sottsass, père du mouvement dit «Memphis», reconnaissable à ses formes originales et ses coloris vifs. En 1997, les deux hommes se rencontrent. L’Italien va alors dessiner un flacon pour le créateur de mode. L’objet est une mince bouteille en verre transparent où se trouvent trois brins de plastique rose, orange et jaune.

Ron Arad pour Kenzo

Habitué aux flacons plein de transparence et de légèreté, la maison Kenzo a décidé de faire un pas de côté en demandant les services du designer israélien Ron Arad. Pour cette fragrance sans nom, le créateur a conçu un écrin massif ondulé. Seul le bouton poussoir rappelle au quidam qu’il s’agit non pas d’un charmant bibelot épuré mais d’un flacon. »


Source:

http://www.femina.ch/beaute/news-beaute/grands-noms-design-se-mettent-parfum-2015

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Baccarat a Restauré son Musée en Lorraine

« Situé sur le site de fabrication du cristal, le musée Baccarat a été repensé et restauré afin de laisser place à une architecture très contemporaine conçue avec des matériaux bruts pour mettre en valeur les pièces en cristal.

acbaEntre dessins d’archives, étapes de fabrication, ateliers de travail, métiers de verrier, de graveur, de tailleur… l’exposition s’articule autour du savoir-faire de la Maison qui s’illustre depuis 250 ans dans le domaine.

Tout au long du parcours, les pièces emblématiques et exceptionnelles de Baccarat sont exposées pour finir la visite avec une grande table dressée avec des pièces issues de commandes royales. »


Sources :
Article par Lucile Deprez
http://fr.fashionmag.com/news/Baccarat-a-restaure-son-musee-en-Lorraine,579410.html#.VhleGCtF3W4
http://france3-regions.francetvinfo.fr/lorraine/meurthe-et-moselle/baccarat-le-musee-retrouve-son-lustre-825361.html
http://france3-regions.francetvinfo.fr/lorraine/meurthe-et-moselle/baccarat-le-musee-retrouve-son-lustre-825361.html

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author