Les Autorités de Santé Suspendent une Partie des Activités de Cargill dans le Finistère

« Les extraits d’algues fabriqués par Cargill dans son usine de Lannilis (Finistère) ne pourront plus entrer dans la composition des médicaments et des cosmétiques.

data3m61e13m41scobodlmkribsvgiiy-exyw2e07i133128i66566m11e1_1

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a annoncé, mardi 29 septembre, la suspension d’une partie des activités du géant américain de l’agroalimentaire. La décision a été prise à la suite d’une inspection conduite entre le 21 et le 24 juillet, après l’alerte donnée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) en Bretagne.

La liste des griefs, exposée dans la décision de police sanitaire, est longue : « risque de contamination et de détérioration des matières premières », « absence de propreté de l’environnement », « carences dans la traçabilité de la production », « produits non conformes aux spécifications en matière de qualité microbiologique »…

« Les équipements sont très vétustes, et pas appropriés à la fabrication de substances pharmaceutiques, indique Gaëtan Rudant, qui dirige les inspections à l’ANSM. Les conditions de fabrication doivent être irréprochables, même s’il n’y a pas d’effet sur la qualité du produit final. »

Pour Cargill, cette décision est « complètement disproportionnée ». « C’est un site industriel, il ne faut pas s’attendre à une salle blanche ! », constate un porte-parole du groupe en France. « Lannilis est le principal port goémonier du Finistère : c’est un univers maritime, iodé. Chaque jour les pêcheurs nous livrent les algues qu’ils viennent de pêcher au large. »

Extraits d’algues brunes

Le groupe produit à Lannilis des alginates, extraits d’algues brunes pêchées par les goémoniers dans la mer d’Iroise. Ces substances sont utilisées pour leurs propriétés stabilisantes et gélifiantes dans les domaines de la nutrition et de la pharmacie.

Jusqu’en décembre, Cargill fabriquait aussi un autre dérivé de ces algues, l’acide alginique, utilisé comme excipient dans de nombreux médicaments et cosmétiques. Cette activité n’avait pas reçu l’autorisation de l’ANSM, est-il indiqué dans la décision de police sanitaire.

Les laboratoires pharmaceutiques sont soumis à des inspections régulières mais ce n’est pas le cas des fabricants d’excipients.
Par mesure de précaution, l’ANSM a demandé à tous les laboratoires clients de Cargill de mener des analyses afin de vérifier la qualité de leurs médicaments et cosmétiques. Des dizaines de laboratoires sont concernés, mais l’ANSM préfère ne pas dévoiler leur nom « afin de ne pas affoler inutilement les patients ». « Nous avons déjà reçu les rapports de plusieurs fabricants et aucun problème de qualité n’a été décelé », insiste Gaëtan Rudant.

Pas de risque de rupture de stock

L’alginate de sodium est notamment l’une des matières premières du Gaviscon, un médicament courant utilisé dans le traitement du reflux gastro-œsophagien, mais le laboratoire qui le commercialise, Reckitt Benckiser, ne s’approvisionne pas auprès de Cargill.

Idem, les « façonniers » qui fabriquent son générique pour le compte de laboratoires comme Teva, Sandoz ou Biogaran. Contactés par Le Monde, tous indiquent acheter leurs alginates auprès du même fournisseur norvégien. Le Maalox, du laboratoire Sanofi, n’est pas non plus concerné.

Pierre Fabre, qui commercialise le Topaal, un médicament de la même famille, doit en revanche retirer du marché certains lots, des patients s’étant plaints d’une odeur de poisson. « Il n’y a cependant aucun danger identifié pour les patients », précise Gaëtan Rudant. Le laboratoire n’a pas répondu aux sollicitations du Monde.

Il n’y a, selon l’ANSM, aucun risque de rupture de stock lié à la suspension des activités de Cargill, car il existe d’autres sources d’approvisionnement. Et si l’un des clients de Cargill constatait un problème, la décision de retirer les médicaments du marché serait prise en tenant compte de l’existence ou non d’une autre option pour les patients.

Les investissements sur le site pourraient être remis en cause

Cargill avait annoncé en 2013 un investissement de plus de 11 millions d’euros en trois ans sur son site de Lannilis pour développer la filière goémonière bretonne. Sept millions ont déjà été investis et six autres devaient l’être prochainement.

«La décision des autorités nous a déçus. A ce stade, vu la lourdeur des mesures qui nous sont imposées, nous ne pouvons pas prévoir quel sera l’impact final de cette décision sur les investissements planifiés pour le site de Lannilis», indique un porte-parole du groupe en France, en soulignant que Cargill avait cessé sa production d’acide alginique six mois avant l’inspection de l’ANSM.

Les alginates destinés aux laboratoires pharmaceutiques et cosmétiques représentent encore 10 % de l’activité de l’usine, qui travaille essentiellement pour l’industrie agroalimentaire.
La DGCCRF, qui a inspecté le site le 28 mai, n’a pris aucune mesure. Le groupe américain est présent depuis 1964 en France, où il emploie près de 2 500 personnes sur 20 sites. »

Documents ANSM

ansm1

ansm2

ansm3

ansm4


Sources :

http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/d1b93235c9ceb136a334ac54af9c78cc.pdf

Article de Chloé Hecketsweiler
http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2015/10/02/les-autorites-de-sante-suspendent-une-partie-des-activites-de-cargill-dans-le-finistere_4781691_1656994.html

http://www.letelegramme.fr/bretagne/medicaments-cargill-trahi-par-une-odeur-de-poisson-30-09-2015-10793039.php
http://www.observatoiredescosmetiques.com/pro/actualite/ansm/lansm-interdit-les-ingredients-de-cargill-france-3248
http://www.leparisien.fr/societe/securite-du-medicament-l-activite-d-une-usine-cargill-dans-le-finistere-suspendue-01-10-2015-5145111.php
http://www.leparisien.fr/flash-actualite-sante/l-agence-du-medicament-suspend-les-activites-d-un-site-de-cargill-01-10-2015-5145223.php
http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/12314-Medicaments-un-composant-derive-d-algues-retire-du-marche
http://www.boursorama.com/actualites/l-agence-du-medicament-suspend-les-activites-d-un-site-de-cargill-608bc2ffc3da60c8b7a275aa55c568f8
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/finistere/l-activite-d-un-site-agroalimentaire-dans-le-finistere-suspendue-par-l-agence-de-securite-du-medicament-820419.html
http://www.premiumbeautynews.com/en/french-health-authorities,8669
http://www.ouest-france.fr/medicament-un-industriel-sanctionne-lannilis-3733714

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Publicités

Cosmétologie – Des Produits cosmétiques Sans Allergène !

« Certaines substances présentes dans les parfums peuvent provoquer une allergie respiratoire ou cutanée. C’est ce qu’on appelle des « fragrances allergisantes » Les allergènes cutanés, aussi appelés allergènes de contact, peuvent être aussi bien des substances chimiques de synthèse que d’origine naturelle.

Un véritable défi pour les pharmaciens et biologistes !

On estime qu’entre 1 à 3 % de la population en Europe présente une allergie cutanée aux fragrances. Les symptômes les plus fréquents sont une irritation, un gonflement et une éruption, mais ils peuvent évoluer en une affection chronique (eczéma). Une réaction allergique à une substance dépend de nombreux facteurs, notamment de la prédisposition génétique, de l’âge et de l’intensité de l’exposition à cette substance.

Des substances interdites

Les conclusions les plus importantes du CSSC [Comité scientifique pour la sécurité du consommateur] en février 2014 ont été les suivantes :

• Trois allergènes (le HICC, l’atranol et le chloroatranol) ont été considérés comme non sûrs et sont interdites dans les produits cosmétiques.

• Le consommateur devra être informé de la présence d’allergènes supplémentaires : douze produits chimiques à molécule simple et huit extraits naturels ont été répertoriés comme des substances particulièrement préoccupantes.

Il a été suggéré que des limites de concentration dans le produit cosmétique devraient être fixées pour ces douze substances chimiques, y compris lorsqu’elles sont présentes dans des extraits naturels. Ils sont soumis à l’obligation d’un étiquetage propre sur l’emballage d’un produit cosmétique. En d’autres termes, ils doivent être mentionnés dans la liste des ingrédients, en plus des termes « parfum » ou « aroma « 

1 3 4

fin


Source :

Revue « Pharmacien demain » n°26 – ALEE
http://www.reseauprosante.fr/actualites/pharmacie-reseau-social-public/cosmetologie-des-produits-cosmetiques-sans-allergene/15329

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Second Bilan d’Application de la Recommandation ARPP Produits Cosmétiques

Un taux de conformité en hausse de plus d’un point à 98,7 %

« A la demande des professionnels du secteur, réunis au sein de la Fédération des entreprises de la beauté (FEBEA), l’ARPP a réalisé un second bilan d’application des règles encadrant la communication des produits cosmétiques.

La réglementation européenne – le Règlement européen relatif aux produits cosmétiques -, a mis en place des critères communs dont l’application effective sera évaluée par la Commission européenne en 2016.

Les premières règles déontologiques, que les professionnels, annonceurs, agences et médias s’imposent en France, réunies au sein de la Recommandation ARPP intitulée Produits cosmétiques remontent à 1974, et ont été depuis actualisées à sept reprises. La dernière actualisation, en 2013, a permis d’intégrer dans ce texte les dispositions de la Charte Publicité et communication responsables, des règles déontologiques européennes élaborées par Cosmetics Europe à laquelle la FEBEA adhère.

Lors de la réalisation du premier bilan Publicité & produits cosmétiques, également sollicité par les professionnels, 2200 publicités diffusées en 2012 avaient été examinées.
Les 53 manquements relevés à cette occasion représentaient 2,5 % des publicités diffusées.

Lors de ce second bilan, le pourcentage des manquements a considérablement évolué : sur 2459 publicités examinées, seuls 33 manquements ont été relevés ; ils ne représentent que 1,3 % du volume total de messages analysés.

La majorité des points de non-conformité se regroupent autour de trois thèmes, développés dans la Recommandation ARPP Produits cosmétiques :

• la distinction explicite des résultats émanant de la satisfaction des utilisateurs, de ceux provenant d’études scientifiques,

• le positionnement des revendications anti-âge sur l’apparence,

• les revendications n’excédant pas la définition du produit cosmétique.

Le taux actuel de conformité dont peuvent se prévaloir les professionnels aujourd’hui, est donc de 98,7 %, il progresse de plus d’un point par rapport à celui-ci constaté lors du premier bilan. »

arpp


Sources:
Bilan « Publicité & produits cosmétiques 2014/2015 » : http://www.arpp-pub.org/IMG/pdf/Bilan_pub_cosmetique_2014-2015.pdf

Articles:
http://www.arpp-pub.org/bilan_cosmetique_2014-2015.html
http://www.cosmeticsbusiness.com/news/article_page/French_brands_increasingly_stick_to_advertising_rules/112647
http://www.premiumbeautynews.com/en/french-cosmetic-brands,8730

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Cosmétiques, « Le Syndrome Volkswagen « 

« Du copieux pour la 17e Journée de l’antenne Cosmed Côte d’Azur, le 29 septembre à SKEMA (Sophia).
Aux plans économique, sanitaire et réglementaire, où en est la filière ? »

IA-2-oct-cosmetic-Une-VIDEO-1024x678Jean-Louis Matout et Jean-Marc Giroux (Cosmed), Anne-Sophie Ficheux et Alain-Claude Roudot.

« Du neuf dans les rangs de Cosmed, l’association des TPE-PME de la filière cosmétique, 700 adhérents en France, 190 en PACA pour une force vive de 400 entreprises sur la région, le deuxième bassin cosmétique du pays, historique, voire florissant.

Du neuf qui colle à l’actualité la plus brûlante. On ne peut certes parler que de coïncidence, mais les déboires d’un diesel peu regardant sur sa feuille de route font écho à l’enquête qu’est sur le point de révéler le LERCCo (laboratoire d’évaluation du risque chimique pour le consommateur) : quelle est l’exposition réelle des consommateurs aux produits cosmétiques, that’s the question…

Soulevée bien en amont de l’anicroche teutonne aux règles environnementales en vigueur. Et il aura fallu trois ans de travaux pour livrer les premières pistes, avec la création d’une base de données d’exposition aux produits cosmétiques.

Et l’étude est d’importance pour notre région, particulièrement sensible aux aléas de la filière, souvent plus législatifs que conjoncturels.

Marques propres, façonniers, sous-traitants, fournisseurs en matières premières, distributeurs, études et conseils, analyses et tests, le spectre cosmétique est bien plus large qu’il n’y paraît, et la France joue gros : non seulement sur le plan économique, avec une filière qui fonctionne plutôt bien, notamment à l’export, mais aussi sur le plan sanitaire, dans un pays où la consommation est forte et s’intensifie devant la multiplication des produits et usages. »

Vidéo :

video

Article :

(Tribune Bulletin Côte d’Azur, Vendredi 2 octobre 2015)

cosmed1 cosmed2


Sources:
http://www.tribuca.fr/2015/10/cosmetiques-le-syndrome-volkswagen-video/
Vidéo : https://www.youtube.com/watch?t=2&v=lzl6aSNVurw
http://www.tribuca.fr/2015/10/au-sommaire-de-tribuca-n812/

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

SCCS Opinion- Silica, Hydrated Silica, and Silica Surface Modified with Alkyl Silylates (Nano form)

SCCS/1545/15
Revision of 28 September 2015
The SCCS adopted this opinion by written procedure on 20 March 2015

sccs1

Terms of reference:sccs-termsConclusion :

sccs2sccs3


Sources:
http://ec.europa.eu/health/scientific_committees/consumer_safety/opinions/index_en.htm
http://ec.europa.eu/health/scientific_committees/consumer_safety/docs/sccs_o_175.pdf

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

EPA Launches New Websites‏

EPA’s Pollution Prevention and Toxics website has a new name, look, and address. Our old website, previously found at http://www.epa.gov/oppt/, is now our new Chemicals under TSCA website. Many of our stakeholders have noticed our gradual move to new versions of our content as part of the larger EPA effort to build a more user-friendly website.

With the new Chemicals under TSCA website, information should now be easier than ever to access, regardless of the type of electronic device you use, including tablets and smartphones.

With the transition to our new site completed, web page addresses will be different. This may cause links and bookmarks to break, and EPA is working to fix any broken links on our website.

The majority of the old pollution prevention and toxics pages will redirect to the new web areas, but we encourage you to update your bookmarks.

Our new “Page Not Found” notification will help you find what you are looking for by providing suggested search terms, links to our A-Z index, and other helpful links.

If you have trouble locating information, try using the search feature available on every EPA web page and in the archive (archive.epa.gov).

To help you find some of our most requested information, below are the updated URLs for some of our most popular web areas:

Assessing and Managing Chemicals under TSCA (includes the TSCA workplan, chemical risk assessments, and reporting requirements):

http://www2.epa.gov/assessing-and-managing-chemicals-under-tsca

Reviewing New Chemicals: http://www2.epa.gov/reviewing-new-chemicals-under-toxic-substances-control-act-tsca

Chemical Data Reporting: http://www2.epa.gov/chemical-data-reporting

TSCA Chemical Substance Inventory: http://www2.epa.gov/tsca-inventory

Asbestos: http://www2.epa.gov/asbestos

Formaldehyde: http://www2.epa.gov/formaldehyde

Lead: http://www2.epa.gov/lead

Safer Choice: http://www2.epa.gov/saferchoice

Pollution Prevention: http://www2.epa.gov/p2

Green Chemistry: http://www2.epa.gov/greenchemistry

Applications Cosmétiques des Silanes à L’Honneur à Conférence Internationale des Sol-Gels De Kyoto

« Une équipe de L’Oréal Recherche, seule à avoir breveté l’application de la technologie des silanes en cosmétique, a été invitée à présenter ses travaux pionniers et ses découvertes les plus récentes en la matière lors la 18ème Conférence Internationale des Sol-Gels de Kyoto (6-11 septembre dernier).

L-Oreal-Research-explores-the-potential-of-silanes-to-repair-damaged-hair_strict_xxlCette Conférence, qui réunit tous les deux ans les plus grands experts de ce domaine de la chimie, porte notamment sur ses applications industrielles. Cette présentation de L’Oréal Recherche, compte tenu du caractère inédit de ses travaux, sera publiée dans la revue de la Conférence.

Issue d’un transfert de technologie de l’industrie verrière, la technologie sol-gels est un procédé chimique qui permet de faire passer certains matériaux de l’état de solution aqueuse à celui de gel solidifié.

Grâce aux travaux des laboratoires de L’Oréal, ce procédé s’est révélé être une solution novatrice pour traiter les cheveux fins, permettant de créer un réseau moléculaire souple et résistant à l’intérieur de la fibre capillaire afin de la combler et de la renforcer.

L’oréal« Trouver une solution pour traiter les cheveux abîmés de manière aussi efficace que durable est une obsession de L’Oréal Recherche depuis de nombreuses années. Nous savions qu’une partie de la réponse était d’avoir un matériau capable de pénétrer le cheveu, toute la question était de savoir comment. Après plusieurs années de recherche, la solution s’est avérée être les sol-gels », explique Henri SAMAIN, Responsable de département, L’Oréal Recherche & Innovation, qui a présenté les travaux des Laboratoires de L’Oréal lors de cette Conférence.

L’Oréal Recherche a franchi une étape supplémentaire en explorant les potentialités des silanes, une famille de molécules issues de la technologie des sol-gels, et en identifiant plus précisément l’Aminosilane pour réparer les cheveux abîmés. Doté d’une partie minérale et d’une partie organique, ce composé de silicium est capable de franchir la cuticule afin de renforcer la structure capillaire. Son action est durable et d’autant plus efficace que le cheveu est abîmé.

Au sein du Groupe L’Oréal, la marque L’Oréal Professionnel a bénéficié de cette découverte. L’Aminosilane est l’un des deux composants du complexe moléculaire APTYL 100 au coeur des premiers soins de réparation durable PRO FIBER, utilisés par les professionnels dans les salons de coiffure. »


Sources :
http://www.agglotv.com/?p=41291
http://www.worldpressonline.com/GoogleNews/cosmetic-applications-of-silanes-highlighted-during-the-sol-gel-conference-in-kyoto-50134.html
http://www.cosmeticsdesign-europe.com/Formulation-Science/L-Oreal-Research-explores-the-potential-of-silanes-to-repair-damaged-hair
http://cosmetics.specialchem.com/news/product-news/loreal-research-studies-efficacy-silanes-to-repair-and-strengthen-damaged-hair-000177884

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author