Les Concrètes d’Estée Lauder, des Trésors d’Imagination

« Les collectionneurs vont s’arracher cette cage à oiseau miniature dorée, ce carrousel ciselé multicolore ou cette minuscule boule de neige… Dès le 2 novembre, les éditions limitées des parfums concrètes d’Estée Lauder 2015 feront leur apparition dans les grands magasins parisiens. Si le calendrier est calqué sur celui de Noël, ce n’est pas un hasard : ces objets de convoitise incrustés de cristaux Swarovsky scintillent de mille feux !

Le concept des éditions limitées de parfums solides est ancré dans la maison Lauder depuis 1960. À ce jour, 1600 modèles originaux ont été édités. Ces miniatures renferment les fragrances de la marque : Beautiful, White Linen, Knowing Cinnabar… L’ensemble de la collection est précieusement conservé au siège de la société à New-York. 700 modèles seraient en circulation, s’échangeant parmi les collectionneurs. Parmi les plus cotés, un exemplaire culte du Youth Dew Boutique Oval Compact bleu pâle, dessiné de la main d’Estée Lauder

Le designer Humberto Leon, qui vient de cosigner Opening Ceremony, possède une collection de 11 figurines, dont une délicate tasse de café crémeuse, un écrin en forme de fox-terrier, un boîtier symétrique constitué par une tranche de pastèque…Fasciné, Humberto Leon déclare « J’ai l’impression que lorsque l’on commence, on ne peut plus s’arrêter ».

Au delà de l’aspect collector des concrètes, les amateurs apprécient la rémanence de ce type de parfum sans alcool, ainsi que la gestuelle élégante associée au boîtier rappelant celui d’une poudre compacte.
Si le phénomène des concrètes a trouvé un regain d’intérêt dans la parfumerie d’aujourd’hui, cette forme solide du parfum est loin d’être nouvelle car elle est apparue chez les Égyptiens dès l’Antiquité.

Au Moyen-âge on préservait les onguents et pâtes parfumés dans des pomanders et des pommes de senteurs, des pièces d’orfèvreries parfois incrustées de pierres précieuses. Malgré les premiers alcoolats de parfum (macération d’herbes aromatiques dans de l’alcool) dont le plus célèbre est L’Eau de la Reine de Hongrie au 14ème siècle, puis la découverte de l’alcool éthylique qui a donné au parfum un support plus adapté permettant son évaporation, cette forme solide a toujours trouvé des adeptes. Au 16ème siècle, c’était la mode des « Oiselets de Chypre » : des parfums compacts modelés en forme de volatiles et placés en cage d’or ou d’argent pour créer l’illusion. En empruntant une multitude de formes, jusqu’à celles des signes du Zodiaque, les miniatures d’Estée Lauder poursuivent dans cette veine de fantaisie débridée. Pour notre bonheur. »

estee-lauder-collector-150x150 estee-lauder-concrete-0-150x147 estee-lauder-concrete-2015-4-150x150 estee-lauder-concrete-2015-5-150x150estee-lauder-concrete-2015-150x150estee-lauder-concrete-2015-6-150x150


Source :
http://www.fragrancefoundation.fr/2015/09/les-parfums-concretes-destee-lauder-des-tresors-dimagination/

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Publicités