Francis Kurkdjian & l’Exposition Elisabeth Louise Vigée Le Brun

« L’installation de Francis Kurkdjian pour l’Exposition Elisabeth Louise Vigée Le Brun
Du 23 septembre au 11 janvier 2016, le Grand Palais et la Réunion des Musées Nationaux présentent une rétrospective de l’oeuvre d’Elisabeth Louise Vigée Le Brun. Une installation parfumée conçue par Francis Kurkdjian y accueille les visiteurs dans une douce odeur de Rose.

francis

Pour qui est attentif, les œuvres de la portraitiste regorgent en effet de roses : en couronne, dans les cheveux, dans les paniers, les vases ou en bouquets, rosiers dans les jardins, motifs de roses sur les vêtements ou les objets… La fleur est partout, peinte avec la délicatesse propre au style de Mme Vigée Le Brun.
Une installation olfactive et ornementale autour de la porte principale, intitulée « Voir et être vu », a été imaginée par Francis Kurkdjian et la scénographe Séverine Baehrel. Elle se compose de diffuseurs de parfum et d’un immense assemblage de miroirs ornés d’une frise de rosiers dorés. L’entrée et les premières salles de l’exposition sont ainsi baignées du dernier parfum de la Maison Francis Kurkdjian, A La Rose, qui a été inspiré par le portrait de Marie-Antoinette dit « à la rose » peint par Mme Vigée Le Brun en 1783. Cette rose douce et musquée accompagne à merveille les œuvres exposées dans leur écrin mauve.
Le célèbre portrait « à la rose » de la reine n’est d’ailleurs pas le seul où la fleur s’invite.

En 1778, on peut déjà voir Marie-Antoinette, une rose à la main, dans un portrait peint par Mme Vigée Le Brun et intitulé Marie-Antoinette en grand habit de cour. Un autre portrait de 1783, Marie-Antoinette en chemise de Gaulle, la montre aussi tenant un petit bouquet dominé par une rose épanouie.

Découvrez l’exposition dès demain et si vous passez simplement devant le Grand Palais, pensez à lever le nez ! »

dp_vigee_le_brunYolande-Gabrielle-Martine de Polastron, duchesse de Polignac (1749-1793) Portrait au chapeau de paille en 1782 Vigée Le Brun Louise-Elisabeth (1755-1842)

Exposition

Élisabeth Louise Vigée Le Brun (1755 – 1842)
23 Septembre 2015 – 11 Janvier 2016- Grand Palais, Galeries nationales
Élisabeth Louise Vigée Le Brun est l’une des grandes portraitistes de son temps, à l’égal de Quentin de La Tour ou Jean-Baptiste Greuze. Issue de la petite bourgeoisie, elle va trouver sa place au milieu des grands du royaume, et notamment auprès du roi et de sa famille. Elle devient ainsi le peintre officiel de la reine Marie-Antoinette. L’exposition, qui est la première rétrospective française à lui être consacrée, présente près de 130 oeuvres de l’artiste, construisant un parcours complet à travers un oeuvre pictural majeur et une grande page de l’histoire de l’Europe.
Commissaires : Joseph Baillio, historien de l’art, Xavier Salmon, directeur du Département des Arts Graphiques du Musée du Louvre
Exposition organisée par la Rmn-GP, le Metropolitan Museum of Art de New York et le Musée des Beaux-Arts du Canada à Ottawa. L’exposition se tiendra à New York du 9 février au 15 mai 2016 et à Ottawa du 10 juin au 12 septembre 2016.
Avec le soutien exceptionnel du Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon. L’exposition bénéficie du généreux soutien de La Vallée Village. »


Sources:
http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/elisabeth-louise-vigee-le-brun
Bande annonce de l’exposition : https://www.youtube.com/watch?v=w7X7_c-dDWg&feature=youtu.be
Dossier pédagogique : http://www.grandpalais.fr/pdf/dossier_pedagogique/dossier_pedagogique_vigee_le_brun.pdf
http://www.grandpalais.fr/fr/article/elisabeth-louise-vigee-le-brun-toute-lexpo
https://soundcloud.com/bettina-aykroyd/mini-interview-francis

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Publicités

Romy Bouscule le Marché de la Cosmétique avec des Produits Connectés

« Les fondateurs, Morgan Acas et Thomas Dauxerre, se connaissent depuis leur cursus à l’Ecole Supérieure de Commerce de Troyes.

Après des parcours professionnels différents, ils se sont retrouvés autour d’une idée commune : une marque de soins du visage française haut de gamme intuitive, intelligente et connectée.

9d2c
Figure, le formulateur qui permet de réaliser les mélanges sur-mesure – Romy

Le principe : bousculer le marché de la cosmétique traditionnelle en répondant aux besoins de la peau des hommes et des femmes de manière précise, au bon moment, avec la juste dose, grâce à la technologie.

Tout d’abord les consommateurs établissent un diagnostic de leur peau, sur l’application Romy, en répondant à un questionnaire précis sur leur mode de vie et leur type de peau. Ensuite, l’application analyse les données personnelles en temps réel : météo, taux de pollution, activité sportive, sommeil… pour cibler les besoins de la peau à tout moment de la journée. Enfin, l’application conseille les actifs à utiliser pour un soin sur-mesure.

C’est à ce moment qu’il faut se tourner vers Figure, le formulateur au design soigné et raffiné. Cet « assistant » se charge de préparer le soin en quelques secondes après que l’utilisateur a introduit l’actif prescrit.

Réel concentré de technologies, breveté en France et en cours de brevetage à l’international, Figure détecte l’actif et le mélange à la base correspondante pour fournir à l’utilisateur son soin sur-mesure avec la dose parfaite.

Aidé par le docteur Gérard Redziniak, reconnu pour la mise au point du célèbre sérum « Capture » de Dior, les fondateurs ont développé deux collections d’actifs : les fondamentaux qui hydratent et nourrissent la peau associés automatiquement par le formulateur à la crème. Tandis que les actifs évolutifs, eux, combattent le froid, la fatigue, les excès alimentaires et sont mélangés aux sérums.

Les produits sont déjà disponibles en précommande sur le site de la marque et seront disponibles en points de vente physiques pour la fin d’année. Figure est vendu 490 euros et il faut compter environ 35 euros pour les 28 capsules d’actifs et entre 20 et 25 euros pour les bases crèmes et sérums.

Concernant la distribution, les fondateurs visent dans un premier temps les grands magasins et les concept stores en France et à l’international, avant d’ouvrir une boutique en propre d’ici deux ans.

Les gammes d’actifs de Romy devraient être déclinées au fur et à mesure pour combattre tous les problèmes de peau causés par les agressions extérieures. »


Sources :
Article par Lucile Deprez
http://fr.fashionmag.com/news/Romy-bouscule-le-marche-de-la-cosmetique-avec-des-produits-connectes,569188.html#.VgEAgJdF3W4

http://www.bluewin.ch/fr/techno/2015/10/2/-figure—la-nouvelle-machine-connectee-de-romy.html

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Clariant S’engage en Matière de Développement Durable

« Clariant a récemment annoncé de nouveaux engagements en matière de durabilité.

Le fournisseur de produits chimiques de spécialité s’engage ainsi sur :
• Un approvisionnement durable en huile de palme, avec la mise en place d’une politique de déforestation zéro centrée sur la traçabilité dans la chaîne de valeur et l’obtention d’une certification de la Table ronde sur l’huile de palme durable (RSPO).

• La collaboration proactive tout au long de la chaîne de valeur (clients, fournisseurs et toutes les autres parties prenantes) dans le but d’améliorer la durabilité de Clariant et celle de ses clients.

• Le remplacement dans un avenir proche des pigments à base de métaux lourds et de systèmes de catalyse à base de chrome hexavalent, considérés comme non-durables

600x450_clariant-sustainability_02-2

« Nous devons créer de la valeur à long terme. Et nous ne pouvons atteindre cet objectif que par notre capacité d’innovation et nos pratiques durables exigeantes. Il s’agit du seul moyen d’établir une position de leader dans nos secteurs d’activité. Nous avons donc mis en place une stratégie de durabilité claire pour l’avenir, » explique Hariolf Kottmann, le PDG de Clariant.

Afin d’améliorer son empreinte environnementale, Clariant a entamé une évaluation de la totalité de son portefeuille de produits, en utilisant 36 critères sur les trois dimensions de la durabilité – sociale, environnementale et économique – et sur tous les aspects du cycle de vie du produit. À ce jour, Clariant a évalué 84 % de son chiffre d’affaires et 76 % de son portefeuille répond déjà à ses critères de durabilité. Plus de 60 produits des différents secteurs d’activité du groupe ont obtenu le label de EcoTain, dont 22 produits issus de l’unité d’affaires Industrial & Consumer Specialties (ICS).
« Le label EcoTain est attribué par Clariant aux produits qui dépassent largement les normes de durabilité du marché, qui ont les meilleures performances de leur catégorie et qui contribuent globalement aux efforts de durabilité de l’entreprise et des clients, » souligne Clariant.
Dans le secteur des soins personnels, le label EcoTain a récemment été accordé à la gamme de co-tensioactifs GlucoTain à base de sucre, conçue par Clariant pour des applications telles que les shampooings, les gels douche et les mousses de rasage, qui a été présentée lors du dernier salon in-cosmetics à Barcelone. »


Source:
http://www.premiumbeautynews.com/fr/clariant-s-engage-en-matiere-de,8613

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Meilland, Créateur de Roses depuis Six Générations au Cannet-Des-Maures

« L’entreprise varoise se porte bien. Les roses créées par Meilland International sous ses serres au Cannet-des-Maures se vont connues partout dans le monde. Cette années, ses créations ont été primées plusieurs fois.
La Princesse Charlène de Monaco est d’un rose ocré clair, douce et raffinée, dégageant un parfum suave de rose de mai, la Monica Bellucci, est au contraire d’un rose profond sur un revers de pétales jaunes, avec un parfum intense aux fragrances poivrées, captivante et glamour comme l’actrice qui lui a donné son nom. Chez Meilland, les plus belles créations sont dédiées aux plus belles femmes…

rosef

8 à 10 ans pour créer une rose

Et c’est dans le centre du Cannet-des-Maures, à l’abri des regards indiscrets, au coeur du domaine de Saint-André, que les équipes de chercheurs de Meilland International élaborent les nouvelles variétés de roses. A partir de croisements, obtient de nouvelles couleurs, de nouveaux parfums…

Ce travail de création nécessite entre 8 et 10 ans pour les rosiers de jardin et de 4 à 6 ans pour les rosiers destinés à la production de fleurs coupées. Un savoir-faire familial depuis six générations. »

rosearosebrosedrose2_2


Source :
Article par Annie Vergnenegre
http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes/var/meilland-createur-de-roses-depuis-six-generations-au-cannet-des-maures-810353.html

Vidéo: http://api.dmcloud.net/player/pubpage/4f3d114d94a6f66945000325/55fc17a194739957174a8c38/bd9b12c4c7f84246b7bc0284f1568040?wmode=transparent&chromeless=0&autoplay=1&start=8

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

L’Aromathérapie, un Marché en Pleine Forme en France

 » Longtemps éclipsée par la science moderne, l’Aromathérapie, l’utilisation des huiles essentielles à des fins thérapeutiques, a de nouveau le vent en poupe, notamment en France, profitant de l’engouement pour les produits naturels bio et la défiance envers les médicaments.
Recevant dans leurs bureaux du 16e arrondissement de Paris, parfumés de leur « best-seller », un spray assainissant composé de 41 huiles essentielles, Marco et Isabelle Pacchioni, le couple à la tête de Puressentiel, leader français de l’aromathérapie, incarnent le succès fulgurant du secteur.

Aroma-lavandes
Créé il y a seulement dix ans, Puressentiel est aujourd’hui une société d’une centaine de salariés avec cinq filiales en Europe: en 2014 elle pesait 70 millions d’euros de chiffre d’affaires et elle vise 20 % de croissance cette année.

La société familiale conçoit ses produits en laboratoire, puis s’approvisionne en matières premières dans le monde entier. Elle confie ensuite la fabrication par distillation à la vapeur d’eau à un sous-traitant français de la chimie fine, Fareva, installé dans la Drôme.
Puressentiel, qui aspire à devenir le numéro 1 mondial de l’aromathérapie, vient d’ouvrir une filiale au Canada, avec l’immense marché américain en ligne de mire à partir de 2017.

En France, le secteur de l’aromathérapie, avec ses produits vendus en pharmacie et parapharmacie, avoisine les 180 millions d’euros de chiffre d’affaires, en hausse de près de 16 % sur un an, selon des données de la société d’étude OpenHealth cumulées sur 12 mois, arrêtées à fin juillet.

« On se rend compte que les utilisateurs de nos produits veulent prendre en charge leur forme, leur bien-être et leurs petits bobos du quotidien, ils se posent des questions qui ont été longtemps occultées par une espèce de lobbying de la chimie de synthèse », estime Isabelle Pacchioni, dont la mère était herboriste et le père naturopathe.

  Gare aux abus

L’aromathérapie propose surtout de prévenir et soulager quantité de maux du quotidien: rhume, angine, mal de tête, insomnies, fatigue, stress, douleurs articulaires, piqûres d’insectes…
« On n’est plus du tout dans l’ère de la +plantouille+ (élaboration de décoctions maison, ndlr), mais dans la démonstration par la preuve », selon Mme Pacchioni.
Puressentiel multiplie ainsi les études scientifiques sur l’efficacité et la tolérance sur ses produits, en collaboration avec des médecins ou des hôpitaux, tout en se fixant une limite: « On ne va pas soigner des maladies, mais traiter l’environnement » des malades, selon sa fondatrice.

En Allemagne aussi, une trentaine d’hôpitaux utilisent des huiles essentielles, comme assainissant ou pour prévenir des escarres, notamment chez les patients âgés. « On s’aperçoit souvent que les coûts sont moindres qu’avec des produits pharmaceutiques conventionnels », explique à l’AFP Monika Werner, une spécialiste allemande des médecines douces et conférencière sur l’aromathérapie.
« Le regard de beaucoup de médecins a changé sur l’aromathérapie, mais le chemin a été long et il y aura toujours des sceptiques », résume Mme Werner.

Anne Landreau, chercheuse en biodiversité végétale à l’Université de Nice et enseignante en sciences pharmaceutiques et ingénierie de la santé, met toutefois en garde contre un risque d’utilisation abusive des huiles essentielles, à cause de « la tendance du grand public à un retour à la nature qui va aller chercher le miracle un peu partout ».

Bien que ces huiles n’aient pas le statut de médicament, elles n’en constituent pas moins « un mélange de composés actifs, qu’il faut prendre dans des cas précis, avec un bon conseil et en quantité adéquate », ajoute cette pharmacienne de formation, déconseillant par exemple leur usage pour les femmes enceintes et les bébés.
« On ne peut pas dire si les huiles essentielles sont dangereuses ou pas: ça dépend de leur composition, de la quantité utilisée et des réactions de chaque personne », conclut-elle, après avoir réalisé une étude sur les expositions aux huiles essentielles, notamment à partir de cas relevés au centre antipoison du CHU d’Angers.« 


Source :
Article par Etienne BALMER
http://information.tv5monde.com/en-continu/l-aromatherapie-un-marche-en-pleine-forme-en-france-55074

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Le Groupe Roquette & Bpi France Annoncent le Succès du Programme Biohub

« Roquette, 5ème amidonnier mondial, souligne les succès industriels et commerciaux issus du programme BioHub, soutenu par BpiFrance depuis 2006, et annonce sa clôture….

roquette
Tout au long de ce programme, Roquette et ses partenaires ont développé des solutions innovantes pour les marchés des plastiques de performance et de la chimie de spécialités.

Un programme au service de l’innovation

Démarré en 2006 et essentiellement orienté sur des projets de rupture, le programme BioHub est à l’origine de plusieurs développements industriels : l’isosorbide et l’acide biosuccinique pour la fabrication de plastiques de performance, et les diesters d’isosorbide utilisés en tant que plastifiants.

Grâce à toutes ces nouvelles solutions, de nouveaux matériaux innovants sont en cours de commercialisation. Pour mener à bien ce programme, Roquette, chef de file de BioHub s’est entouré de nombreux partenaires privés et publics.

Des développements industriels accélérés grâce au soutien de Bpifrance

Le soutien de Bpifrance accordé sous forme de subventions et d’avances récupérables, dans le cadre d’un Programme Mobilisateur pour l’Innovation Industrielle (PMII), a permis le développement de nouvelles filières de production de produits chimiques à partir de matières agricoles renouvelables comme les céréales en utilisant de nouveaux procédés chimiques et biotechnologiques.
Ce soutien, intervenu dans un contexte difficile, lié au ralentissement économique et à la baisse des prix des matières premières fossiles, a contribué à la décision de Roquette de réaliser des investissements industriels majeurs résultant de ce programme.

De nouvelles offres répondant aux marchés des plastiques de performance et de la chimie de spécialités. Ce programme a conduit au développement d’un isosorbide permettant d’apporter des propriétés exceptionnelles aux polymères, notamment une résistance accrue à la chaleur, et d’excellentes propriétés de transparence et tenue aux UV. Cet isosorbide Polysorb est une solution de choix pour les marchés des plastiques de performance.

Roquette a alors investi et récemment inauguré une unité de 20 000 tonnes/an d’isosorbide à Lestrem (France) début 2015. Roquette se positionne à présent comme le leader mondial en isosorbide pour les marchés des plastiques et de la chimie de spécialités.
Le projet acide biosuccinique s’appuie sur une biotechnologie innovante et unique base levure. Suite à la création de la co-entreprise Reverdia (DSM / Roquette 50/50), le projet a abouti à une unité industrielle de production de 10 000 tonnes/an située sur le site de Roquette à Cassano (Italie). Cette unité pleinement opérationnelle, offre au marché un produit répondant parfaitement aux attentes des clients des secteurs des polymers. »


Sources:
http://www.agro-media.fr/actualite/le-groupe-roquette-et-bpifrance-annoncent-le-succes-du-programme-biohub-19341.html
http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/chimie-du-vegetal-fin-du-programme-biohub-109617.html
http://www.chemicals-technology.com/news/newsisosorbide-biosuccinic-acid-biohub-programme-4674911
http://formule-verte.com/roquette-cloture-le-programme-biohub-avec-succes/

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author

Une Usine du Parfumeur Givaudan Opérationnelle à Toamasina dans 12 Mois

« Les célèbres plantes aromatiques de Madagascar intéressent les parfumeurs, Chanel avec les ylang ylang , tout récemment, la star internationale Rihanna avec la vanille, et maintenant Givaudan avec le girofle, à travers le projet Natema.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Géant suisse présent à Madagascar depuis quelques années dans la filière Vanille et dans l’exportation d’huiles essentielles, décide de mettre en place une usine de Natema à Toamasina.

Objectif : produire des ingrédients pour l’industrie des parfums et des arômes, tels que l’eugénol et ses dérivés.

Les travaux de construction de l’usine, en joint-venture, ont été lancés le 16 septembre 2015 à Belambo, et devront durer 12 mois.
Il s’agit d’une société de droit malagasy qui dispose d’un agrément d’entreprise franche. L’usine de Madagascar sera la troisième usine implantée en Afrique après l’Egypte et l’Afrique du Sud.

La mise en place de l’usine contribuera notamment à la création d’emplois dans la région Atsinanana, et à la redynamisation de la filière girofle par le biais de la production et de l’exportation d’eugénol, un composé aromatique de cette plante.

De plus, le groupe Givaudan travaille selon les principes du commerce équitable, notamment le respect de l’environnement, le paiement au juste prix des producteurs, des conditions de travail décentes dans la chaîne d’approvisionnement et le soutien au développement social des communautés. »


Sources :
http://www.orange.mg/actualite/usine-parfumeur-givaudan-operationnelle-toamasina-dans-12-mois
Article par Vonjy Radasimalala
http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/toamasina-givaudan-et-henri-fraise-se-mettent-au-parfum-43310/

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author