Vers une nouvelle génération d’Emballages alimentaires

« Les emballages alimentaires soulèvent parfois la méfiance des consommateurs, et ce, malgré leur indiscutable utilité. Un projet de recherche, mené par l’INRA, a mis au point une plateforme permettant de maîtriser le risque que les substances présentes dans les matériaux d’emballage ou du suremballage migrent vers l’aliment.

049276bcd16cd7ab7c01df5ba96cfbdb
Les emballages alimentaires au quotidien: leurs propriétés doivent à la fois préserver les qualités organoleptiques de l’aliment et garantir l’innocuité, l’hygiène et la recyclabilité.
Que serait le monde sans emballages alimentaires ? Une chose est sûre : il ne serait pas facile d’y faire ses courses. Chaque caddy serait rempli d’un amas de steaks saignants, légumes et fromages écrasés, cookies en miettes et œufs cassés. L’emballage a bel et bien une place de choix dans notre société. Qu’il soit en verre, en bois, en plastique ou en métal, c’est lui qui protège l’aliment contre les contraintes et contaminations extérieures afin de maintenir son aspect, son goût et ses qualités nutritionnelles.

Pourtant, comme le rappelle Olivier Vitrac, chercheur au laboratoire Ingénierie Procédés Aliments (GENIAL), il existe une crise de confiance vis-à-vis de l’emballage. On l’accuse de polluer la planète, ou encore, de contaminer les aliments avec des substances nocives, comme par exemple les bisphénols ou les phtalates. Pour rétablir la confiance du consommateur et répondre aux préoccupations du citoyen, les industriels de l’agroalimentaire et de l’emballage doivent réduire l’impact écologique du conditionnement et minimiser le risque de contamination des aliments par des substances contenues dans celui-ci. C’est là que la recherche scientifique a son mot à dire.(…) ».

Source
Article de Sebastián Escalón
http://www.inra.fr/Grand-public/Alimentation-et-sante/Toutes-les-actualites/Nouvelle-generation-d-emballages-alimentaires

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author.

Publicités

Perturbateurs endocriniens: les partenaires commerciaux de l’UE s’expriment

« Les projets européens concernant la réglementation des perturbateurs endocriniens avancent lentement, mais pas très sûrement.

Dernier épisode, la publication vendredi 24 juillet des résultats de la consultation publique lancée en septembre 2014. Seul élément saillant, les réponses des parties non membres de l’Union européenne, qui s’inquiètent des retombées commerciales.

endocrine-disruptor-ue-1

Initialement attendus pour mi-décembre 2013, les critères de définition des perturbateurs endocriniens continuent à se faire attendre. Sur fond de fortes pressions industrielles, de nouveau récemment démontrées par la journaliste Stéphane Horel et l’association Corporate Europe Observatory (CEO), leur publication devrait prendre au moins 4 ans de retard.

Dans le cadre d’une consultation publique lancée fin septembre 2014, la Commission européenne avait défini plusieurs scénarios de définition de ces substances. Les résultats viennent d’en être livrés, détaillant les avantages et les inconvénients soulignés par les 27 087 répondants.

Parmi eux, 21.548 particuliers, citoyens ou consommateurs -dont 95 % dans le cadre d’une campagne lancée par l’association EDC-Free Europe. Quant aux autres réponses, elles émanent entre autres de gouvernements, d’associations, d’industriels ou de syndicats agricoles.(…) »

Un «danger» qui effraie les Etats-Unis

« Rarement entendus, certains pays non-membres de l’UE, parmi ses partenaires les plus importants, ont participé à la consultation: ils s’y montrent très inquiets d’une législation restrictive, qu’ils envisagent uniquement sous l’angle des échanges commerciaux.

Parmi eux, le gouvernement américain se montre particulièrement direct: «des règlements reposant sur la notion de danger conduiraient à une restriction des échanges allant au-delà du nécessaire alors qu’il existe des évaluations basées sur la notion de risque, et ne répondraient à aucun objectif légitime, ne reposant sur aucune preuve scientifique».

Adopter la notion de danger, au détriment de celle de risque, pourrait «avoir de très graves répercussions sur les importations européennes de produits agricoles américains», ajoute le gouvernement des Etats-Unis. Même écho du Canada, de Nouvelle-Zélande et d’Australie, tandis que l’Argentine dit craindre que l’UE n’enfreigne les accords multilatéraux signés sous l’égide de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Prochaine étape, l’étude d’impact économique, fortement souhaitée –voire imposée- par l’industrie, devrait être bientôt lancée par la Commission. Ce n’est que suite à ces résultats que celle-ci prendra une décision sur les critères de définition. »

Chemicals_0


Sources:

http://ec.europa.eu/health/endocrine_disruptors/docs/2015_public_consultation_report_en.pdf

http://www.journaldelenvironnement.net/article/perturbateurs-endocriniens-les-partenaires-commerciaux-de-l-ue-s-expriment,60786

http://www.euractiv.fr/sections/sante-modes-de-vie/les-etats-unis-inquiets-des-intentions-de-lue-sur-les-perturbateurs

Cet article n’engage que son auteur/ This article is the sole responsibility of the author.

News from OEHHA

Naturally-Occurring Background Levels for Certain Chemicals Found in Un-Processed Foods
« OEHHA is providing draft regulatory language and explanatory information for a possible new regulation. These are pre-regulatory documents that could change substantially prior to the commencement of a formal rulemaking. Additional opportunities for public comment will be provided during the formal rulemaking process. (…). »

Chemicals Causing Reproductive Toxicity
Level of Exposure to Chemicals Causing Reproductive Toxicity (Measuring Concentrations of Chemicals in Products)
« OEHHA is considering adopting amendments to existing regulations in Section 25821 concerning the calculation of the concentration of listed chemicals in foods. Certain provisions of the existing regulations lack clarity. In particular, subsection (a) of the regulation has been interpreted to allow for averaging of samples from various lots of products that were gathered over extended time periods and geographic areas. This is contrary to the intent of the regulations and OEHHA has determined that clarification is necessary in order to ensure that the regulation furthers the purposes of the Act.(…) »

2- Pre-Regulatory Workshop for Potential Regulatory Amendment Title 27, California Code of Regulations Section 25821(c),

Level of Exposure to Chemicals Causing Reproductive Toxicity
« OEHHA is considering amending the existing regulation to clarify that the reasonably anticipated rate of intake or exposure to a listed chemical must be calculated as the arithmetic mean of daily intake or exposure for product users.(…) »

Source:

http://www.oehha.ca.gov/prop65/CRNR_notices/082815WorkshopSafeHarborcalculations.html